Caducée

Ce titre est bidon… Bref.

Fin de 2017, j’ai remercié l’année de m’avoir épargnée de nombreux bobos auxquels je suis sujette chaque année. Je suis une abonnée aux lombalgies, trachéites et autres joyeusetés. Il m’avait semblé par ailleurs, que par le fait, j’avais gagné en sérénité et que mon corps avait suivi ce pas.

Et puis 2O18 est arrivée.

Il y eut d’abord un herpès labial géant dont j’ai largement parlé ici (genre guinness book, tu peux me croire sur parole !).

S’en est suivie ma préférée, une trachéite. Pas du tout gênant lorsque tu reçois du monde toute la journée, en individuel et en collectif. Pour couronner le tout car je donne rarement dans la demi-mesure, je me suis offert un petit lumbago. Pas de son mais une super image.

Pour (presque) finir et pour décrire le tableau actuel, je « suis dans une grippe ». J’aime beaucoup cette expression. Car la grippe, y a pas à dire, tu ne peux être que dedans. La grippe donc. Je ne te fais pas le récap de ce qu’est la grippe, tu vas penser que je veux te tirer des larmes. Nez qui coule, oreilles bouchées, contractures musculaires, et bien sûr toux de camionneur, sans oublier la fièvre (j’avais envie que tu pleures un peu en fait).

Dans la vie je suis une petite joueuse mais là, en plus de la grippe, je me suis offert une allergie. Parce que bon hein voilà.

Je suis donc en arrêt et vis sur mon canapé, au rythme de ma toux et de mes plaques de rougeurs.

Je n’ai pas de conseils à donner, ce n’est pas l’objet de ce billet, néanmoins depuis plusieurs semaines, j’ai eu l’occasion d’utiliser de manière TRÈS intensive les mouchoirs jetables menthol eucalyptus de chez Lotus : une révélation. Les essayer, c’est les adopter, crois moi. Bonne odeur, bonne résistance, pas de trace désobligeante sous le nez, du super mouchoir crois moi.

Je pense que dans quelques mois, je suis prête pour entrer en médecine…

Publicités