Ma vie de conductrice

Jeune conductrice

Je suis tombée en panne avec l’antique voiture de mes parents. Sur un dos d’âne. Impossible de redémarrer le paquebot, que j’ai noyé (c’était la bonne vieille époque des starters). Je me suis donc mise à pleurer…jusqu’à ce qu’un charmant monsieur vienne nous sauver (le paquebot et moi). Je crois que je lui aurais sauté au cou… Je ne sais plus très bien ce qu’il m’a dit mais cela ne m’est plus jamais arrivé avec l’engin.

A 19 ans, je suis allée rejoindre une amie à Nice. J’étais tellement flippée que je me suis arrêtée toutes les heures (longtemps), j’ai mis quelque chose comme 6 heures pour m’y rendre. Une chance que je n’ai pas eu de portable à l’époque, ma mère aurait eu une attaque !

J’ai roulé plusieurs kilomètres avec le frein à main. Jusqu’à ce qu’une dame me fasse des gestes désespérés à un feu, que j’ai mis un certain temps à comprendre….

J’ai roulé un peu vite (mais rien qu’un peu) et j’ai ripé le rétro d’un véhicule… lequel m’a coursée. Une des peurs de ma vie (car évidemment, j’ai eu trop peur de m’arrêter).

Plus expérimentée

Je me suis fait emboutir par un camion. Une autre peur de ma vie. Plus de casse que de mal mais des cauchemars et un épisode qui m’a plongée dans une immense mélancolie.

J’ai coursé jusqu’à chez lui un jeune qui m’a fait une queue de poisson. J’ai ouvert ma fenêtre et je l’ai pourri (c’est un brin pitoyable, je dois le reconnaître).

J’ai crevé 3 fois et à chaque fois suis rentrée chez moi pour être sauvée par mon pôpa (on ne rit pas au fond !).

J’ai garé ma voiture sur le parking de mon garagiste et elle est partie sans moi (la voiture). Les ouvriers étaient dehors et évidemment ont ri comme des baleines lorsqu’ils m’ont vu courir après mon véhicule magique. Depuis, je suis presque leur mascotte 😉

J’ai changé de voiture tous les 2 ans (et crevé mon PEL) .Des blanches, noires, grises et jaunes. Mes préférées étant Noiraude et Koquette. J’ai acheté une voiture qui parle, que j’ai gardée quelques mois car incapable de la payer, une belle leçon de vie (et d’humilité) !

J’ai attendu, raccompagné, injurié, chanté, visité, pleuré, ri aux larmes, briqué, pomponnée… Dans les véhicules de ma vie.

J’en suis pas fière (mais ça va)

Je chante à tue tête (je hurle plutôt) sur du rap dans ma voiture en secouant la tête d’avant en arrière (comme le chien sur la plage arrière), des fois, je jure aussi, comme une poissonnière (mais en vrai, je suis douce comme une agnelle

Je mets des pyjamas difformes (dixit mon Népou) et soit disant tuent l’amour, alors que je suis HYPER bien dedans

Je pique des stylos partout où je peux, c’est plus fort que moi (et je ne me soigne pas)

Je n’aime pas les yaourts à la cerise et je les refourgue tous à mon Népou (c’est con à écrire ça !)

Je renifle les livres avant de les acheter

J’ai une déficience auditive (je ne suis pas encore appareillée), comme parfois il est chiant de faire répéter les gens, lorsqu’ils me parlent je fais des mmh et je hoche la tête pour montrer que je suis la conversation (alors qu’en vrai, je peux m’en battre l’aile)

Je suis une frapadingue de la propreté, chez moi et chez les autres aussi. Je peux donc me retenir d’aller aux toilettes si je considère qu’elles ne sont pas « conformes »

 

Inside Home

Se lever quand le corps le décide

Prendre le temps, au moment du petit déjeuner, sans se laisser envahir par les trop nombreuses mauvaises nouvelles

Décider de tout ce à quoi cette journée ne ressemblera pas : stress, courses, désillusions, oubli de soi

Ranger, trier, faire le vide et sentir qu’à l’intérieur la pression retombe un peu. Laisser rentrer le soleil, s’autoriser pour quelques minutes seulement à ouvrir grand les fenêtres

En fin de matinée, prendre le temps de l’écriture dans les petits carnets, découper, assembler, s’adonner ces petits plaisirs qui désormais n’ont plus beaucoup de place dans le quotidien

Manger quand le corps le décide

Savourer le silence, la présence à soi

Aimer infiniment cet intérieur qui, enfin, ressemble de plus en plus à ce que je souhaitais en faire

J’aime infiniment cet endroit, mon rempart, ma bulle, ma coquille de protection…

L’Open space

Depuis un an, j’ai la joie de travailler en open space low cost. Je m’explique : nous sommes trois dans un petit espace, avec un peu de lumière, beaucoup de passage et peu d’intimité (de fait).

Qui a eu cette idée folle ? Je ne sais pas mais si je l’avais en face de moi, je le dézinguerai. De même que si j’avais su, je n’aurais pas signé.

Vraiment.

Alors quand j’entends que certaines entreprises lancent un concept encore plus fou, pour soi disant créer de l’émulation et rapprocher les équipes, à savoir avoir moins de bureaux que de personnels ; je m’étouffe. Tous les matins, c’est la course avec ta pile de dossiers sous le bras, ainsi que ton matériel de bureau (dont pc), les plus malins (lorsqu’ils le peuvent et non pas 45 min minimum de transports aller puis retour), arrivent tôt, les autres font ce qu’ils peuvent… Certains sont partis, les plus jeunes et résistants trouvent ça fun, les autres subissent… Vive les sans bureaux fixes !

Cette manière de toujours vouloir gagner, du temps, de l’espace, de l’argent, au détriment de l’humain me laisse pensive et amère. D’autant plus amère que nous sommes bassinés par le méga concept d’AQVT (amélioration de la qualité de vie au travail).

De quoi mon employeur a-t-il peur ? Que je me relâche, que je ne fasse pas mon travail, que je le vole ????

L’open space me stresse, cela d’autant plus que j’ai des difficultés d’audition, que je crains le bruit mais aussi la chaleur… J’ai développé des qualités de patience, certes, d’écoute aussi et à contrario, je suis plus vite fatiguée, plus vite perturbée par mon environnement.

Que mon employeur ne souhaite pas garantir la confidentialité à laquelle j’ai droit, au moins qu’il la garantisse pour toutes les personnes que j’ai la charge d’accueillir !

Où est la confiance, que fait-on de mon professionnalisme ? Dilués dans un souci de productivité sans doute…

Je ne resterai pas. Pour un certain nombre de raisons, dont celle ci majeure à mon sens.

Le travail, sa valeur sont dévoyés et de fait, mon action avec eux.

 

Des excuses

Je vous présente mes excuses.

Pour ce que j’ai fait (qui n’est pas trop grave selon moi) et pour ce que je pourrais avoir fait (ou pas).

Acceptez les ces excuses (merde), je le vaux bien !

CQFD….

Wishes

J’aimerais….

# 1. Me remettre à lire.  Ma pile de livres à lire est vertigineuse mais je n’ai plus l’envie, plus l’énergie, plus la flamme.

# 2. Partir en week end à Amsterdam et Turin cette année, en n’oubliant pas de faire un détour chez mon filleul bien aimé à Nice.

# 3. Trouver une solution pour ma salle de bain vieillissante, à pas trop cher.

# 4. Monter un collectif de femmes, professionnelles, dans le domaine de l’accompagnement. Je cherche comment, avec qui, sous quelle forme….

# 5. Trouver une chemise à carreaux rose.

# 6. Prendre l’apéro avec Ali Badou (quoi ? je rêve !!!!)

# 7. Être entendue par mon mari….

Moi Présidente : ébauche de mon programme

Chère Lectrice, cher lecteur. Je partage mon programme avec toi. Si tu as envie de m’élire, je te laisse voter 1 😉

Travail / Emploi / Formation

– Abroger la loi travail

– Réformer le droit du travail : réduire le temps d’embauche et de rupture de contrat.

– Réduire le temps de travail pour mieux le répartir, favoriser le télé travail.

– Revoir le statut d’auto entrepreneur pour protéger les créateurs d’activité.

– Egalité salariale femme / homme.

– Lutter contre le temps partiel imposé.

– Revaloriser le smic et le point d’indice dans la fonction publique.

– Mettre en place une médecine professionnelle digne de ce nom.

– Multiplier par 2 les inspecteurs du travail.

– Encadrement strict des salaires et parachutes dorés pour les « grands patrons ».

– Revoir l’utilisation du chèque emploi service : le favoriser, le simplifier, le rendre plus accessible.

– Faire le ménage dans la grande foire aux formations : REFORMER, simplifier, supprimer, repenser.

– Droit à la formation tout au long de la vie. Obligation de formation pour certaines catégories d’emploi.

 

Instaurer la VIe République

– Supprimer l’article 49-3 de la Constitution (adoption d’un texte sans vote)

– Mettre en place des votations populaires

– Instaurer un quinquennat unique du président de la République

– Reconnaitre le vote blanc

– Accorder un droit de vote des étrangers aux élections locales

– Introduire des instances de citoyens tirés au sort

– Réduire le nombre de députés et Sénateurs,

– Réduire les rémunérations des élus, favoriser leurs formations

– Rendre le président de la République destituable par référendum ou par le Parlement

– Pas de mandants cumulatifs, deux mandats maximum

– Interdire l’embauche d’un proche comme attaché parlementaire

 

Ecologie

– Assurer 50% d’énergies renouvelables d’ici à 2025

– Sortir du diesel à l’horizon 2025

– Investir dans l’agroécologie, les circuits courts et les coopératives agricoles

– Fermer les centrales nucléaires en fin de vie

– Interdire les pesticides soupçonnés dangereux

– Suspendre les travaux de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes

– Impôt spécifique pour les entreprises polluantes. Principe du pollueur payeur.

– Interdiction d’allumages intempestifs

 

Impôts

– Impôt sur les grandes fortunes

– Etablir un impôt unique sur le patrimoine

 

Diplomatie et Défense

– Reconnaître l’existence de l’État palestinien

– Ré instaurer le service militaire

– Doubler les effectifs de la réserve opérationnelle

– Réinstaller une police de proximité et une police de la route

– Suspendre l’état d’urgence « à court terme »

– Interdiction de retour sur le territoire de personnes parties combattre dans les rangs de groupes terroristes

 

Education / Famille

– Renforcer la formation des enseignants

– Doubler les places en crèches

– Recruter des enseignants

– Appliquer une aide gratuite aux devoirs

– Revoir les zones d’éducation prioritaires et le nombre d’élèves / classe

– Revoir le temps péri scolaire : activités sportives, ateliers créatifs et culturels, enseignement musical obligatoires, encadrés par de vrais enseignants

– Revoir les critères d’adoption plénière

 

Santé / Social

– Lutter contre les déserts médicaux

– Revoir le numérus clausus

– Etablir un droit à l’aide médicale à mourir

– Etendre la PMA (Procréation médicalement assistée) aux femmes seules et couples homosexuels

– Permettre aux personnes engagées en PMA de se mettre en congé maladie

– Aligner le congé paternité sur le congé maternité

– Facilité les démarches pour les trans, réduire les délais

– Construire davantage de structures d’accompagnements pour les SDF

– Protéger les petites retraites