Promo 2003

Je suis de la promo 2003.

Je me souviens de mon « recrutement » pour intégrer la formation. Elle tient d’ailleurs une place particulière à mon cœur. Il m’a longtemps semblé qu’un ange gardien s’est penché sur cette journée pour me permettre d’avoir ma place, tant je me suis sentie mauvaise….

Je me souviens de l’exercice d’inclusion du 1er jour, le bon vieil exercice de l’alunissage (des allumettes sur la lune ???? Mais pour quoi faire ???!!!).

Je me souviens des présentations croisées. J’étais assise à côté d’une personne qui en était à sa 4ème vie professionnelle et je me sentais si petite, si débutante à côté d’elle. Elle est devenue ma « M » et aujourd’hui, elle en est à sa 6ème vie professionnelle.

Je me souviens des formateurs. Tous, sans exception. Les très très bons, si inspirants, si forts dans cette capacité à tisser du lien avec nous, à nous faire grandir…. et les autres.

Je me souviens des travaux collectifs, des présentations au tableau, des power point foireux, des soutenances chrono en main.

Il y a eu un nombre incalculable de fous rire, de bouffes improvisées, de visites sur le terrain, de développement local, des milliers de mails échangés entre nous, de soirées à bosser, potasser, réfléchir, de week end à « co-construire ».

En 2003, je suis entrée dans un univers, une famille. Nous avons construit une culture commune de groupe, dans un premier temps mais aussi une culture de l’insertion, de ce que nous voulions être plus tard.

Nous avons partagé un langage mais plus encore des valeurs, une projection sur le terrain et sur ce que nous pouvions et voulions apporter, à l’Autre.

Je retapisse un peu  l’histoire bien sûr.

Mais 16 ans plus tard, c’est ce que je garde. Une des périodes les plus fortes de ma vie.

Nous avons essaimé : conseiller emploi, conseiller formation, responsable de structure ESS, chargé d’insertion… Peu d’égarés et un noyau dur qui s’est suivi pendant plus de 10 ans.

Nous nous sommes revus hier. Nous avons (si peu) changé. Nous nous sommes retrouvés dans la joie, les éclats de rire, dans les souvenirs. Pour un grand nombre d’entre nous l’insertion est un lointain souvenir. Mais ce qui nous unissait alors est resté vivace, fort, prégnant.

Quoi que nous fassions et soyons aujourd’hui.

Publicités