Brand New World

Nouveau lieu de travail

Nouvel établissement (labyrinthique)

Nouvelle équipe

Nouvelle direction

Nouvelle mission

Mais toujours le même tract, les mêmes crispations, les mêmes doutes énormes

Je ne suis pourtant pas une débutante. Ni dans la vie, ni dans le domaine.

Quelle plaie. Celle béante du manque de confiance.

Je me rends compte, au bout de deux jours, que ce changement est arrivé au bon moment.

Je suis restée si longtemps dans une certaine zone de confort avec mes habitudes, mes mécanismes.

Je dois tout réapprendre, que ce soit techniquement mais aussi humainement.

Je suis surprise très positivement sur un certains nombre de points, notamment la relation, si difficile d’où je viens.

Et effarée par le manque de cadre, d’outils, de process, si importants pour moi (et d’où je viens aussi).

La formation tout au long de la vie n’est pas un vain mot pour moi. Je mets en pratique et pour moi et pour pour mes candidats, ce que j’ai toujours prôné  jusqu’alors.

Ce poste, cette nouvelle vie professionnelle sont une vraie chance pour moi et pourtant, je me sens prise au piège. Sur un poste où il faut encore donner 150 % de son énergie, car il s’agit d’accompagner des personnes, lorsque je ne suis en mesure de ne donner que 90 petits %.

J’ai tellement donné et peu reçu par le passé. Aujourd’hui, je voudrais me consacrer… à moi et à ma vie tout simplement…

 

Je me demande

S’il n’y a qu’ici que je peux être vraie, moi

S’il n’y a qu’ici que je peux dire la vérité

S’il n’y a qu’ici que je peux rêver, m’évader

S’il n’y a qu’ici que je peux poser mes maux et être comprise, « entendue, écoutée »

Oui, je me demande vraiment…

Une semaine déjà…

Une semaine avant ma nouvelle vie

Une semaine d’entre deux

Curieuse sensation

Le beau temps est là, comme un clin d’œil

Je tente d’habiter chaque seconde, de respirer à plein poumon, de prendre le temps

Ah ce temps, si précieux, celui qui me manque tant et que je n’aurais plus beaucoup pour moi

C’est une vraie source d’angoisse en fait

J’essaye de ne pas me projeter néanmoins

Je savoure tout ce qui m’est offert. La présence, les signes amicaux sous forme de sms quotidiens, les petits messages qui viennent réchauffer le cœur.

Je profite : balade, culture, lecture, pauses multiples.

J’accueille avec délectation