Mars

La 1ère mammo (spoiler : les deux vont bien) / Pleurer dignement devant Grey’s Anatomy / Les fous rire tonitruants qui veulent tout dire de la fatigue, de l’absurde, de ce qui nous attend, de la complicité qui nous lie désormais / « Il faut aimer la vie… et l’aimer même si le temps est assassin et emporte avec lui les rires des enfants » / Le cahier des gratitudes / L’inscription à un MOOC (hiha) / Le diner-rire avec ma Grenouille / Pleurer dignement devant Té Voisse / Benjamin Biolay à fond sous les étoiles / La Roumanie qui se soulève avec force et qui donne espoir / Le cœur qui s’emballe à voir une certaine France descendre dans la rue pour piétiner sa justice et soutenir un présidentiable pas clean / La voix d’Eva Bester le dimanche matin sur France Inter. Eva si tu me lis, je te kiffe / Disserter politique avec ma Anne. Anne si tu me lis je te surkiffe / Les droits et les libertés des femmes, toujours moins défendus que ceux des hommes / 27 ans (et des petites brouettes), pas toutes mes dents, des cheveux blancs, un double menton et un bidou arrondi…. / Une engueulade, à propos d’une sombre histoire de grenouille (WTF !!!!!) / Un repas de fou furieux pour mon anniv’ (mais pourquoi, oui pourquoi, j’aime autant la bonne bouffe ???) / Une histoire de garde robe qui s’invite dans la campagne présidentielle, indigne, fétide, honteuse / Une semaine avec mon Népou / Il fait chaud, trop chaud : JE NE SUIS PAS FAITE POUR CETTE RÉGION !!!! / Les mots soyeux de Christiane Taubira / N’avoir aucune autorité face à ma gothico-bombasse de coiffeuse, qui fait ce qu’elle veut de mes cheveux  (c’est bon la honte)/ Une amitié qui se termine comme elle a commencé : dans la passion / Tenir, par un fil ténu / L’Ardèche sous la pluie / Le crabe, ce crasseux, cet abject, qui vient retirer injustement la vie à un sage infiniment courageux… et une part de mon enfance qui s’envole avec lui / Perpétrer des attentats sur du  chocolat, comme avant / Un départ, des discours, des larmes. Celles qui partent et ceux qui vont arriver /  To be or not to be une électrice dans cette campagne (non pas crier !) /

Publicités

Le plan

Je me demande souvent ce que la vie a comme plan pour moi.

Il y a dans mon histoire, comme dans celle de millions d’autres personnes, des pics d’infinis bonheurs, « la chance » et ces descentes aux enfers, indescriptibles qui me laissent souvent sur le carreau.

Je suis une abonnée à la saudade. Ce terme portugais me colle si parfaitement à la peau. Je suis aussi une familière de la mélancolie, déprimes et dépression ont laissé quelques traces sur mon chemin.

Pourtant, je ne cesse de regarder ma chance. Celle d’avoir rencontré des personnes formidables, parmi lesquelles celles qui m’ont élevée, d’avoir eu des ami-es précieux, des professionnels de tous ordres qui m’ont aiguillée, fait avancer ; d’avoir un quotidien doux malgré tout.

La crise de la 40 aine dit-on…. Mais il me semble que mon parcours est jalonné de crises. Je suis une criseuse professionnelle.

Alors quoi ? Quelle est cette nouvelle vague. Celle qui dit qu’il n’y a plus de sens, plus de substance, plus de matière… de joie ?

La ou les réponses, sans nul doute, sont en moi.

Mais je ne les trouve pas…

 

Je travaille dans un quartier…

Sont jetés par les fenêtres, de la nourriture, des vêtements, des chaussures, des seaux d’eaux sales, parfois des meubles.

Les trottoirs sont jonchés de crachats (de toutes les tailles  !).

On ne marque pas les stops, les feux rouges de temps à autre seulement, on fonce de temps en temps sur les piétons pour leur faire peur, on fait la course à moto sur les grandes rues, on se poste devant les voitures aux feux verts en moto et on les empêche d’avancer. Dans ces circonstances, ne surtout pas klaxonner, vitupérer, sinon on te course et on peut potentiellement (selon qu’on est nombreux ou pas) venir taper sur les portières de ta voiture (en prime, tu as aussi le droit d’être insulté).

On ne s’appelle pas, on se hurle dessus à grand renfort de noms d’oiseaux.

Les traces d’humanité résonnent dans les rires des enfants et scintillent dans leurs yeux…

 

Liebster Award

Je suis nominée !!!!! Par le charmant Coquille Vide

Merciiiiiiii

logo_liebster-award-1

  1. Penses-tu que le monde tel qu’on le connait va fondamentalement changer dans les prochaines années ? (guerre, maladies, évolution des technologies …) Oui ! Le monde ne cesse de changer, il va vite, la technologie, le pouvoir de l’argent…. laissent de plus en plus de personnes de côté et maltraitent notre planète magnifique.
  2. Qu’es-tu prête à sacrifier dans ta vie quotidienne pour limiter ton impact sur la planète ? Je trie, je mange moins de viande, je suis plus regardante sur les produits que j’utilise au quotidien, sur mes achats de manière globale.
  3. Est-ce que tu écris sur ton blog pour te faire connaître ou est-ce juste un moyen de partager tes idées avec d’autres personnes ? J’écris pour moi, pour partager avec une communauté d’âmes. Je n’ai aucune autre velléités.
  4. Est-ce que tu assumes tes goûts musicaux devant un groupe de personnes qui écoutent un style complètement différent ? J’assume tout ! J’avoue néanmoins que cela m’est assez rarement arrivé (à la différence de mes idées politiques).
  5. Es-tu matérialiste ? Oui. J’aime le confort, un certain confort en tout cas. En ce sens oui.
  6. Le temps qui passe et la mort sont-ils des choses qui te font peur ? Oui, qui sont sources d’angoisse d’ailleurs.
  7. Comment vivrais-tu au quotidien si tu n’avais ni smartphone, ni ordinateur, ni internet, ni télé ? Les premières semaines seraient difficiles sans doute mais il me reste la lecture, l’écriture, le monde….
  8. Combien de doigts utilises-tu pour taper au clavier ? (the geek question) 2 docteur
  9. Es-tu plutôt économe ou dépensier(e) ? Il te reste quel pourcentage de salaire sur ton compte à la fin du mois ? Je suis dyscalculique très cher. Je ne sais pas calculer en pourcentage mais je ne suis pas à découvert 😉
  10. As-tu des TOCs ou des petites habitudes au quotidien dont tu n’arrives plus à te débarrasser ? Il faut demander à mon Népou 😉
  11. Préfères-tu vivre à la campagne ou à la ville ? J’aime infiniment ma campagne, je ne sais pas vivre sans elle….

Qui veut répondre à ces questions qui déchirent est le-la bienvenu-e !

Théorie de file

J’aime les expérimentations extrêmes.

Aussi, pour toi cher lecteur, j’ai expérimenté la théorie de la file d’attente.

J’ai sondé la longueur de la file, l’âge moyen des conducteurs de caddies, l’âge de la caissière, sa dextérité à passer les articles, sa capacité potentielle à ne pas se laisser distraire (j’ai le flair de la distraction), le nombre d’enfants aussi, car soyons clairs ils ralentissent grandement tout le processus.

Bref tout était réuni mais vraiment tout.
Bah nan !

J’ai passé une plombe à cette p*****g de caisse et les autres, TOUTES LES AUTRES, avançaient plus vite que la mienne !!!!!

Moi présidente, je supprime les files d’attente !