S’acheminer vers…

Mon exploration musicale se termine ici.

Chacune des chansons choisies a une signification particulière pour moi, un sens. Derrière elle, se cache un être, un évènement, un souvenir.

Plus que quelques jours avant la fin d’année.

Je suis en vacances ce soir, après une dernière bataille professionnelle, et n’aurai pas le temps de revenir par ici avant 2014.

Je ne me prêterai pas à l’éternel exercice de rétro de l’année.

Encore une fois, je ne vais en retenir que le meilleur, le plus marquant positivement. L’essentiel étant là.

Nos vacances prennent un autre visage. Mes cousins nous rejoignent puis des amis. Aussi, notre fin d’année sera placée sous le signe du partage, tandis que nous souhaitions n’être que 2. Mais au final, je suis heureuse de cette configuration. Mes cousins, chacun séparé dans l’année, ne seront pas seuls dans leur coin et je m’en réjouis. Car, c’est dans ces instants que le concept de famille prend tout son sens.

Je sais que je ne vais pas trop me reposer, que l’intimité dont nous avions besoin avec Namoureux sera un peu mise à mal, ce sera pour plus tard.

Nous allons partager et tenter de savourer pour nous acheminer tranquillement vers une nouvelle année.

A vous qui passez ici, qui laissez des messages ou lisez dans l’ombre, fidèles ou lecteurs de passage, je vous souhaite la plus belle des fins d’année. Faite de partage, d’amour, d’amitié, de joie. Que 2014 soit pour vous et vos proches  scintillante, lumineuse, joyeuse, amoureuse, fougueuse… !

Douces pensées à tous et toutes

Publicités

Confidence chuchotée

Il m’envoit un long mail.

Une confidence chuchotée.

Parce que le mail, c’est plus simple pour dire.

On n’a pas à se montrer, à recevoir la réaction de l’autre, à craindre une éventuelle désapprobation, voire d’être jugé.

On se cache un peu derrière les mots, tout en ayant un besoin impérieux de révéler les tourments et les inquiétudes, de rendre le fardeau moins lourd.

Il faut écrire la vérité pour partager un peu, avec d’autres que les potes, d’autres que la famille, des personnes extérieures et suffisamment proches néanmoins. Une personne capable, éventuellement, de comprendre.

Cette autre qu’il a choisit, c’est moi.

Nous ne sommes pas des amis et savons pourtant beaucoup l’un de l’autre. Il sait mon hyperphagie et mon infertilité, il sait mes relations familiales, il connait les moments de tourments avec Namoureux, il sait mes questionnements professionnels. Son avis m’importe et je le consulte souvent pour avoir son éclairage et bénéficier de ses conseils.

Je sais ses relations familiales, je sais ses douleurs, je soutiens souvent ses colères que je tente de tempérer, je sais son quotidien et désormais aussi je sais « ça ».

Un secret, sa douleur, qui me fait entrer dans une intimité inattendue. Nos regards l’un sur l’autre ont changé. Notre relation prend un tour différent. Plus sérieux, plus profond aussi.

Il m’a dit « dans six mois, nous en rirons ensemble, ce sera derrière moi ».

Je l’espère pour lui…