Last Year

Nous nous sommes levés tard.

Nous avons allumé nos portables et l’un comme l’autre avons lu les messages reçus en cascade. Est ce que nous étions sortis la veille ? Est ce que nous allions bien ? Est ce que nous comptions rester dans la capitale ? Nous n’avons pas compris tout de suite. Alors nous avons allumé la TV et dans la foulée, mon beau-père appelait inquiet que nous n’ayons pas pris la peine de le rassurer.

Il y a un an, nous venions de nous marier et flottait encore autour de nous ce parfum de joie, ce bonheur simple.

Il y a un an, j’avais un entretien pour un nouveau travail. Je croisais les doigts pour être prise, pétrie néanmoins de doutes et d’une peur sourde.

Il y a un an, mon beau père était encore parmi nous, mes parents n’étaient pas encore entrés dans le cercle infernal des opérations et des résidences forcées dans les hôpitaux.

Il y a un an, V. n’était pas encore atteinte de son cancer.

Il y a un an, nous n’avions pas eu cette terrible dispute qui m’a fait prendre conscience, plus que jamais, que tout est ténu, fragile.

Il y a un an, la vie a décidé de nous épargner, nous et nos proches, nos aimés.

Il y a un an notre monde avait commencé à vaciller, mais depuis lors il ne cesse d’être ébranlé. Il y a comme un avant et un après. Des pouvoirs qui s’entrechoquent, des valeurs qui volent en éclats, des colères qui grondent, des contre-pouvoirs, des informations tronquées…

Il y a un an, je voyais la vie d’une certaine façon. Simpliste peut être, différente d’aujourd’hui en tout cas.  Aujourd’hui tout est plus précieux, plus savoureux, plus doux, plus beau, plus fragile aussi. Plus urgent.

Oui depuis un an, tout est infiniment plus urgent…

Publicités

Wanted

Je cherche

de l’inspiration

du réconfort

des envies

un nouveau chemin à suivre

l’amour

des amis

de la confiance

de la sérenité

du calme intérieur

une nouvelle vie peut être

Memento mori

Lorsque nous avons été présentés, il a décrété qu’il m’aimerait quoi qu’il puisse arriver.

Son fils m’aime, il m’aimerait de manière inconditionnelle, sans même me connaitre.

Un personnage mon beau père !

Je suis devenue sa belle fille avant même que son fils sache s’il voulait vraiment s’engager avec moi.

120 kilos de rire, de mauvaise foi, de générosité, de colère, de sensibilité.

Un drôle de bonhomme, un père poule comme on en trouve peu dans sa génération. Un homme de peu de mots, discret et parfois fort en gueule, dont le seul objectif était que ces deux fils « soient bien, heureux ».

Depuis le mariage, nous nous sommes peu vus, nous avons peu échangé sinon des « ça va » et quelques mots sur le quotidien. Vite fait, sans plus.

Nous ne savions pas qu’il était mal, qu’il négligeait sa santé, qu’il n’avait plus la force.

Alors, cet appel, celui qui dit que beau papa est au plus mal, que son diagnostic vital est engagé, nous a mis KO debout.

Le voir sur son lit d’hôpital, saisir l’infinie souffrance de mon Népou m’ont fait basculer dans une réalité que je ne soupçonnais pas. Le fil ténu de la vie, l’importance de chaque moment de bonheur, l’importance des présences, de l’amour. Je sais désormais que tout peut basculer. Je le savais avant, je ne suis pas naïve bien sûr, mais ces derniers évènements m’ont fait prendre conscience des choses autrement.

C’est la vie, la mort.

Mais quel coup du sort ! Il vient nous secouer, ébranler nos fondations et nos croyances, secouer les liens, les mettre à l’épreuve. Chacun, nos regardons ce que nous avons fait de notre vie, nous interrogeons nos liens avec lui, nous questionnons demain, ce que sera notre famille sans lui.

Pour le moment, nous resserrons les liens pour affronter le difficile quotidien.

Le Jour d’après

CTwYCHLWwAADzMz

On se coupe de toute bribe ne serait ce infime d’information

On ouvre grand les fenêtres parce qu’il fait beau dehors

On savoure chaque bouchée du petit déjeuner

On respire bien fort et à plein poumon lorsqu’on est dans la rue

Nous avons décidé d’aller marcher, hier et aujourd’hui encore parmi les parisiens parmi tous ceux qui sont là bien présents, bien vivants

C’est notre acte de résistance, notre acte de réconfort à nous

On ne pense à rien et surtout pas à demain

La ville ce matin encore est incroyablement silencieuse, empreinte de peur tapie et aussi de d’envie de vivre

Le mot terrifiant de guerre résonne terriblement à notre oreille

On ne pense pas à demain, parce que demain certains des miens reprendront le métro, auront à traverser la ville, à continuer à vivre malgré tout

On est à aujourd’hui. Une journée baignée de soleil, une journée pas tout à fait comme les autres

Le jour d’après. Celui où les langues, les critiques, le désarroi, la peine éclosent.