Québec # 1

DSC00360

DSC00365

DSC00390

DSC00404

DSC00568

Publicités

Trip Blues

Rentrée hier.

Heureuse de retrouver ma maison, calme, rangée, embellie par mon papa qui a peint en mon absence.

Heureuse de trouver mes parents. Je leur ai manqué et j’avoue j’aime bien ça. Qu’on se dise l’amour et le manque.

J’ai toujours du mal avec le décalage horaire. Impossible de trouver le sommeil à 2h du matin. C’est la seconde fois en 40 ans que je pars aussi longtemps et je goûte cela. Il me semble que quelque chose est resté au Québec. Je ne sais pas quoi exactement, le sentiment est diffus mais rarement j’ai eu autant de plaisir à me retrouver là, simplement, dans le silence de la maison.

Pourtant, ce voyage, dont je reparlerai ici a été fort et magnifique.

J’ai réalisé un de mes rêves, me rendre sur ce continent, au Québec, me perdre dans les grands espaces. Quelle chance, quel bonheur que de vivre ces 3 semaines avec mon Népoux.

Rentrer, c’est reprendre pied dans une actualité dont j’avais presque tout oublié. C’est renouer avec un quotidien parfois oppressant, c’est aussi faire face à des difficultés professionnelles, encore et dont je ne parviens pas à m’extraire. Des soucis donc et pourtant, la certitude qu’un ailleurs est possible…

DSC00780

Departure

J’ai nettoyé la maison du sol au plafond. Je lui ai consacré plus de 4 heures. Il faut dire, qu’elle a passé 3 longs mois sans grand soin, plongée dans la pénombre, accueillant cependant un nombre non négligeable d’araignées, que j’ai congédié sans préavis.

J’ai récuré Blanchette (ma voiture), je lui ai acheté de nouveaux tapis flambants neufs, j’ai shampouiné les sièges avant et pour finir, j’ai mis une jolie couverture sur le siège arrière (je suis dingue de ma voiture, comme tu le sais).

J’ai appelé des cops, la famille pour un dernier au revoir.

J’ai remis la fiche spéciale « arrosage de plantes » à mon auguste mère (même si je sais qu’elle n’en fera qu’à sa tête).

J’ai jeté mon milliardième coup d’œil à ma grande valise, puis à un sac de voyage, puis un autre (ma vitale trousse de toilette en fait).

Demain, pour finir, je saluerai mon nid.

Cette fois c’est sûr c’est le D day…

Petits pas

2 semaines

Encore, avant d’être en vacances, avant de m’extraire du quotidien.

L’été est passé si vite, aucun temps mort professionnel, des nuits agitées, un temps harassant qui n’a pas permis le repos, le sport mis entre parenthèse, les émotions parfois trop fortes qui m’ont fait replonger tête la première dans la nourriture.

J’ai besoin de dormir, besoin de ralentir le pas, besoin de prendre le temps, besoin de ne plus voir toutes les personnes qui gravitent autour de moi, besoin de grand air, d’espace, de silence, de paix.

Me reconnecter à moi, retrouver une énergie amoindrie, prendre du recul pour aborder une fin d’année chargée avec sérénité.

Mon obsession du moment, c’est la bienveillance (à mon égard), c’est d’être en cohérence, dans mes paroles et dans mes actes.

Une discipline en somme, pas toujours aisée…

Escapade

DSC00160

DSC00162

DSC00197

DSC00266

Une semaine à ne pas penser au travail

A nous balader sans stress, à profiter de chaque instant, de chaque vue

Savourer les rayons du soleil, leur omniprésence

Apprécier la douceur de la ville, l’accueil charmant de ses habitants

Comparer invariablement avec la France (c’est plus fort que moi…)

Regretter que cela ne dure pas plus longtemps.

 

Un peu du nord…

Sillonner ses pavés

Boire des morts subites au Vossen, déguster des Waffel tendres qui fondent sous la bouche, se laisser attendrir par les boulettes de viande

Entrer dans la cathédrale, se laisser happer par le silence et la beauté du lieu

Se noyer dans la foule de touristes sur la Grand Place

Se laisser tenter par des chocolats

Ne pas dormir

Contempler les murs pour y trouver des traces de BD

Dédaigner le Maneken Pis

Être surpris par les magnifiques façades Art Nouveau

Trouver des coins de soleil qui réchauffent

Rencontrer Magritte

Rêver dans le Palais Royal

Ne pas pouvoir échapper à une lombalgie (comme d’hab pendant les vacances)

DSC09890

Rétro # 8

Une nouvelle teinte de cheveu : rouge

Des mails « régleurs de compte » envoyés et reçus qui ont engendré de part et d’autre une grande tristesse

La question de la famille étirée dans tous les sens, sous tous les angles, pour comprendre

Nasri et Ribéry (as « les bouffons du foot ») qui nous font leur show. Olé

La situation entre Israël et la Palestine qui empire et m’attriste profondément (autant qu’elle me met en colère). Des scènes qui font froid das le dos à Donetsk et qui rappellent les heures sombres du nazisme

Avoir le besoin physique de lâcher ce travail qui m’étouffe. Avoir  envie de le quitter VRAIMENT. La non politique de l’emploi m’afflige et les directions prises dans ma région me laissent dubitative. Je n’ai plus envie de poser ma pierre à un édifice qui se casse la gueule.

M’interroger sur la fatigue continuelle qui m’habite depuis l’enfance et sur le sentiment de vivre une vie qui n’est pas la mienne…

Une soirée de filles qui fait du bien et dont l’effet dure plusieurs jours

Une amie d’enfance « retrouvée » sur facebook : lui écrire ou pas ?

Collègue de FIV m’annonce qu’elle attend des jumeaux. Avec douceur et retenue, comme pour me protéger, m’épargner. Elle éclipse son bonheur à elle pour laisser place à mon vide à moi

Robin Williams qui nous laisse

Un we de parents pour préparer le mariage et ma mère dans tous ses états encore

Des soirées à pleurer… pour laisser sortir la colère et la douleur

Un mariage fastueux dans un château, qui donne des idées (bon dans la limite de nos moyens quand même…)

L’hyperphagie à son apogée

Coup d’accélérateur pour le mariage  : le Namoureux se charge de la création du blog, le save the date est prêt à être envoyé (finalement), de nouvelles idées pour la déco, la play liste qu’on peaufine, la cérémonie laïque que nous commençons à construire

Les vacances : enfiiiiiin, la terrible décompression qui s’en est suivie et qui a durééééé (comme à chaque fois)

Valls et son gouvernement. Y a t il seulement en France des politiques suffisamment solides pour faire face à la situation ?

Les parisiennes qui remettent bottines et écharpes au sortir de l’été

Des Vacances 2 jours en Belgique, ville dans laquelle IL A FAIT BEAU !!!! et dans laquelle j’aimerais émigrer

Des lectures : Camille Anseaume et son « Un tout petit rien ». Camille dont je suis le blog depuis longtemps et dont les mots viennent toujours me toucher, m’attendrir. Son livre est une suite logique, un magnifique hommage, une merveilleuse déclaration. Camille qui remercie les lecteurs de son blog, dont je suis depuis quelques temps déjà, et qui va savoir pourquoi vient me toucher au coeur.

Il y a eu aussi les « Curieuses rencontres du facteurs de Skogli » de Levi Henriksen. Une plongée dans le quotidien agité d’un facteur qui renoue avec son passé pour mieux construire son avenir. Une belle exploration des relations. De belles rencontres, que je recommande.

Un mois wet wet wet

L’annonce de mon entrée dans la clinique qui fait perdre les kilos pour le 08/09. Enfin une bonne nouvelle.

 Bonne rentrée à vous 🙂

Temps suspendu

Quelques jours de vacances (encore…), et :

Filer rejoindre Cousine préférée dans sa nouvelle maison. Profiter des enfants, du soleil, de la ville. Évoquer les autres membres de la famille (sans trop critiquer hein !), ébaucher des projets de vacances ensemble. La regarder au milieu de ses enfants et mesurer à quel point nous avons des conceptions très différentes en matière d’éducation alors que nous avons été élevées de la même façon (ou presque).

Profiter de la maison-refuge, trier, ranger, jeter, projeter de nouveaux travaux et de nouveaux achats. Je me sens de mieux en mieux dans cet intérieur, qui me correspond de plus en plus.

Écrire, bloguer, pinterester ! Je viens de découvrir pinterest et cet outil m’éclate vraiment.

Profiter de la nature, (malgré les giboulées de mai), respirer à pleins poumons, contempler les couleurs… Rien de mieux pour lutter contre mon appréhensuin du retour au travail…

Enchainer les RDV : visites de salles, RDV traiteurs et commencer à angoisser pour la déco (un peu tôt, donc un peu ridicule, je le sais).

Oublier le quotidien, mettre loin certaines préoccupations et soucis.

Retrouver Louise ma coiffeuse, qui a vaincu le crabe avec force et détermination. Louise est fine psychologue, elle me décrypte à travers mes cheveux. Cette femme est rock’n’roll roll, magnifique, incroyablement terre à terre.

Échanger longuement avec les cousins de Marseille. Comme j’aime mes cousins ! Nous nous voyons peu mais toujours avec énormément de plaisir, toujours dans le partage et surtout le rire.

Savourer ces moments suspendus, de bonheur, de bien être.

Avant de retourner au travail demain (sans plaisir ni envie).

 

La joie d’oublier

Le réveil à 6 h 30

L’ouverture de la boutique à 8 h

L’enchainement des RDV

Le déjeuner pris dans le brouhaha et la difficulté, souvent, de ne pas décrocher du boulot

Les collègues, celles rares, que je ne peux plus voir en peinture

La paperasse énergivore et chronophage

Le quotidien

Pour la première fois en 10 ans, je me suis glissée sans difficulté et sans douleur dans les vacances.

J’en ai savouré chaque seconde

Mais demain, j’y retourne…

Pessoa

« La beauté est le nom de quelque chose qui n’existe pas
et que je donne aux choses en échange du plaisir qu’elles me donnent. »

(Le Gardeur de troupeaux et autres poèmes, trad. Armand Guibert, p.76, nrf Poésie/Gallimard)

Je pars au Portugal.

Enfin une parenthèse…