Pour passer le temps…

Pompé ici, lui même pompé sur Causette

  • Les livres marquants de la bibliothèque de vos parents

Sincèrement aucun. Nos goûts sont aux antipodes les uns des autres.

  • Les lieux de votre enfance

La maison où j’ai été élevée. Grande, bien exposée, lumineuse, accueillante, aux pieds de la montagne. Mon cocon, mon refuge, ma douce madeleine.

  • Avec qui aimeriez-vous entretenir une longue correspondance et pourquoi ?

Nelson Mandela ayant quitté ce monde, il me reste François (Le Pape) ou alors le Dalaï Lama. Parce que ces 2 là me plaisent, sont intelligents, humains, spirituels, m’inspirent.

  • Une grande histoire d’amour avec une personne du même sexe ce serait qui ?

Je me vois très bien tenir la main dans la rue d’Angelina Jolie (ben si) et même Monica Bellucci et si je rêve un peu, Adèle.

  • Que faites-vous dans vos périodes de dépression ?

Je mange, malheureusement, trop. Je me replie, je pleure, j’écris, je lis, je me blottis contre mon Népoux.

  • Que faites-vous dans vos périodes d’excitation ?

Je mange (encore), je ris, je saute (pas très haut mais quand même), je fais des plans sur la comète, j’aime tout le monde (truc de ouf, venant de moi quand même !!!), j’ai envie de tout faire, tout voir, courir le monde.

  • Votre remède contre la folie ?

Me replier dans mon cocon, prendre un anti-dépresseur.

  • Vous créez votre maison d’édition. Qui publiez-vous ?

Des copines blogueuses, photographes et illustratrices.

  • Vous tenez salon, qui invitez-vous ?

Eric Cantona, Thierry Marx, Christiane Taubira, Bartabas, Simone Veil, mon Népoux, Valérie Lemercier et cerise sur le gâteau ma mère…

  • Le secret d’un couple qui fonctionne ?

Écoute, bienveillance, respect, amour, liberté, sexe (dans le désordre). Enfin je crois.

  • La chose indispensable à votre liberté ?

Pouvoir dire, faire, être et avoir.

  • Le deuil dont vous ne vous remettrez jamais ?

Celui de mon enfance

  • Votre phare dans la nuit ?

Moi

  • Que trouve-t-on de particulier dans votre chambre à vous ?

Des posts it pour marquer les pages des livres que je lis, des huiles essentielles, des kleenex, des livres.

  • A quoi reconnait-on un ami ?

Il ne juge pas, se montre présent et bienveillant, il sait parler vrai, il connait toutes les lumières et toutes les ombres.

  • Quel est le comble du snobisme ?

Une Rolex à 30 ans  ?

  • Qu’est ce pour vous que le Féminisme ?

Une théorie nébuleuse, en fonction de qui la défend. Je me sens femme et donc féministe, sans hystérie néanmoins.

  • La plus belle façon de se donner la mort ?

Franchement, je vois pas…

  • Qui occupe vos pensées « nuit et jour » ?

Mon Népoux

  • Vous démarrez un journal intime, quelle en est la première phrase ?

Me plonger dans le Petit Prince et dormir…

Publicités

Madame

J’ai toujours éprouvé pour votre parcours personnel, vos engagements politiques une fascination.

Votre histoire, celle de votre famille m’a bouleversée.

J’ai frissonné tant de fois en vous écoutant, admirative de votre intelligence, de votre puissance, de votre force de conviction. J’ai pleuré en regardant les reportages qui vous étaient dédiés et je ne doute pas que ce soir encore, en regardant le film qui retrace votre combat pour faire adopter la loi sur l’IVG, je serai touchée en plein cœur.

Vous êtes cette figure emblématique qui fédère, au delà des couleurs politiques, une femme qui impose le respect.

Combien de femmes sauvées grâce à ce texte de loi, combien d’entre elles, enfin, ont pu choisir leur destinée. Jusque là les hommes seuls décidaient des lois concernant les femmes. Grâce à vous, en France, les choses ont changé.

Certes, ce droit, cette lutte, sont aujourd’hui remis en cause, ça et là, mais vos positions sur la question, votre humilité aussi, ne font pas oublier qu’en tant que femme j’ai certes des droits mais aussi d’innombrables combats à mener, encore. Pour les femmes et globalement pour tous les Hommes.

Votre posture dit la rigueur, le travail acharné, la détermination, quand vos yeux disent la peine, la douceur, le doute peut être.

Madame Veil, vous êtes de ces femmes que l’on a envie de serrer fort contre son cœur et auxquelles on a envie de dire un grand MERCI.