Moi Présidente : ébauche de mon programme

Chère Lectrice, cher lecteur. Je partage mon programme avec toi. Si tu as envie de m’élire, je te laisse voter 1 😉

Travail / Emploi / Formation

– Abroger la loi travail

– Réformer le droit du travail : réduire le temps d’embauche et de rupture de contrat.

– Réduire le temps de travail pour mieux le répartir, favoriser le télé travail.

– Revoir le statut d’auto entrepreneur pour protéger les créateurs d’activité.

– Egalité salariale femme / homme.

– Lutter contre le temps partiel imposé.

– Revaloriser le smic et le point d’indice dans la fonction publique.

– Mettre en place une médecine professionnelle digne de ce nom.

– Multiplier par 2 les inspecteurs du travail.

– Encadrement strict des salaires et parachutes dorés pour les « grands patrons ».

– Revoir l’utilisation du chèque emploi service : le favoriser, le simplifier, le rendre plus accessible.

– Faire le ménage dans la grande foire aux formations : REFORMER, simplifier, supprimer, repenser.

– Droit à la formation tout au long de la vie. Obligation de formation pour certaines catégories d’emploi.

 

Instaurer la VIe République

– Supprimer l’article 49-3 de la Constitution (adoption d’un texte sans vote)

– Mettre en place des votations populaires

– Instaurer un quinquennat unique du président de la République

– Reconnaitre le vote blanc

– Accorder un droit de vote des étrangers aux élections locales

– Introduire des instances de citoyens tirés au sort

– Réduire le nombre de députés et Sénateurs,

– Réduire les rémunérations des élus, favoriser leurs formations

– Rendre le président de la République destituable par référendum ou par le Parlement

– Pas de mandants cumulatifs, deux mandats maximum

– Interdire l’embauche d’un proche comme attaché parlementaire

 

Ecologie

– Assurer 50% d’énergies renouvelables d’ici à 2025

– Sortir du diesel à l’horizon 2025

– Investir dans l’agroécologie, les circuits courts et les coopératives agricoles

– Fermer les centrales nucléaires en fin de vie

– Interdire les pesticides soupçonnés dangereux

– Suspendre les travaux de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes

– Impôt spécifique pour les entreprises polluantes. Principe du pollueur payeur.

– Interdiction d’allumages intempestifs

 

Impôts

– Impôt sur les grandes fortunes

– Etablir un impôt unique sur le patrimoine

 

Diplomatie et Défense

– Reconnaître l’existence de l’État palestinien

– Ré instaurer le service militaire

– Doubler les effectifs de la réserve opérationnelle

– Réinstaller une police de proximité et une police de la route

– Suspendre l’état d’urgence « à court terme »

– Interdiction de retour sur le territoire de personnes parties combattre dans les rangs de groupes terroristes

 

Education / Famille

– Renforcer la formation des enseignants

– Doubler les places en crèches

– Recruter des enseignants

– Appliquer une aide gratuite aux devoirs

– Revoir les zones d’éducation prioritaires et le nombre d’élèves / classe

– Revoir le temps péri scolaire : activités sportives, ateliers créatifs et culturels, enseignement musical obligatoires, encadrés par de vrais enseignants

– Revoir les critères d’adoption plénière

 

Santé / Social

– Lutter contre les déserts médicaux

– Revoir le numérus clausus

– Etablir un droit à l’aide médicale à mourir

– Etendre la PMA (Procréation médicalement assistée) aux femmes seules et couples homosexuels

– Permettre aux personnes engagées en PMA de se mettre en congé maladie

– Aligner le congé paternité sur le congé maternité

– Facilité les démarches pour les trans, réduire les délais

– Construire davantage de structures d’accompagnements pour les SDF

– Protéger les petites retraites

Publicités

Que la campagne est belle

Passer la soirée « à la ville ».

Se balader dans LE parc, saturé de poussière, avec des personnes qui courent dans tous les sens. Jolies baskets qui flashent, casques sur les oreilles, portables sur le bras, bracelets connectés aux poignets.

Sans cesse, le bruit de la ville. Voitures, motos, sons divers… Impossible pour mon esprit (agité) de se poser.

Dormir dans un  immeuble entouré de routes hyper passantes.

Être dérangée par des « promeneurs du soir » qui parlent sous les fenêtres à des heures indues, sans chuchoter.

Mal dormir car il est impossible d’ouvrir la fenêtre.

Être réveillée par le ramassage des poubelles à 6 H 30.

Que la ville est moche ! Stressante à souhait, étouffante, enfermante. Je ressens, et de plus en plus, une certaine violence en ville.

Je ne suis évidemment pas objective mais, comme il est bon de vivre à la campagne (même si elle ressemble de moins en moins à la campagne) !

Pouvoir respirer le bon air, savoir ce que le silence de la nature signifie, pouvoir toucher et serrer des arbres en bonne santé. Quelle chance de se sentir complètement connectée aux éléments. Poser son regard sur du beau, du coloré, du qui semble vivant.

Je ne comprends pas certains choix architecturaux d’abord, politique ensuite en matière de gestion des ressources. Il me semble qu’il y a urgence. Urgence à respecter et préserver les ressources que nous avons (encore un peu) à disposition.

Je me sens libre, à ma place, à la campagne et plus encore au creux de mes montagnes. Je me sens connectée à l’essentiel. Est-ce parce que j’ai la chance de vivre là, est-ce parce je m’intéresse un peu plus à l’écologie, à la préservation de nos patrimoines, est-ce parce que j’ai eu la chance de voyager à l’étranger dans des espaces sauvages et relativement protégés ?

Par ailleurs, j’ai vu le film Demain qui m’a particulièrement interpellée. Il y a tant à faire, à tant de niveaux pour que nous ayons tous la chance de vivre mieux, dans des espaces mieux gérés. Je me sens en responsabilité, un devoir de conscience peut être, pour apporter ma pierre à l’édifice.

2016-08-04-18-51-37

Food Junkie

Qu’est ce qui fait que je pourrais me mettre à table, à 18 h en rentrant du travail et m’enfiler à peu près tout ce que contiennent mes placards

Qu’est ce qui fait que lorsque j’ai fini de manger, j’ai encore faim et que je pense à la bouffe une grande partie de la journée

L’exigence, l’image dépréciée de moi, le manque (de mon mari, d’amis, d’amour, de reconnaissance ?)

Je me fais l’effet d’être une junkie. Qui a besoin de sa dose de sucre pour supporter un quotidien exécrable.

C’est vrai, j’ai un toit, de quoi manger justement, je suis en relative bonne santé, j’ai de quoi me vêtir et j’ai un foyer. Bien sûr que c’est vrai et parfois j’ai presque honte de cette opulence lorsque je croise, chaque jour, le dénuement des autres

Mais il n’empêche, le besoin coupable de me remplir, coûte que coûte est revenu comme un oiseau de mauvaise augure

Je sais ce que ça me dit, mon corps le sait aussi, victime discrète de ce cerveau qui ordonne les prises de poids puis les mises à l’épreuve drastique

Un adage dit « qui a bu, boira » en est il de même pour ce cercle infernal dans lequel je suis depuis des dizaine d’année

J’ai tout essayé. Mise à part la lobotomie je ne vois pas.

Comment fait on pour se remettre de ce qui a été enfant, de ce qui n’est plus adulte mais qui a creusé son sillon si profondément que chaque secousse revient remuer la boue encore et encore

Parfois, je surprends le regard des autres sur moi. Sur ce que je mange et je lis parfaitement ce qui s’imprime dans ces regards compatissants ou accusateurs, à la marge interrogateurs et je n’en mange que plus

Je suis ma victime et mon bourreau, ma sauveuse parfois mais une sauveuse qui encore une fois n’ai pas capable de se battre à armes égales.