Chercher la procrastination

Les articles sur la procrastination fleurissent, de même que les billets de personnes qui mettent en place des « trucs » pour cesser de procrastiner.

Ce qui, je dois le dire, me laisse songeuse, sans pour autant le critiquer.

En effet, je n’ai qu’une envie : PROCRASTINER !!!

Prendre le temps, voire même le perdre, à se poser, à ne rien faire est devenu un réel besoin pour moi. J’ai besoin de vide, de moments de contemplation et bien sûr de méditation. Dans ma tête, il m’est nécessaire de laisser de la place pour me retrouver un peu, pour m’ennuyer si nécessaire, pour contempler la nature, pour faire une pause tout simplement dans un quotidien qui me dévore parfois.

Ce besoin de me retrouver avec moi est assez récent. J’ai vécu, en effet, des moments très anxiogènes de solitude, tandis que je les recherche fortement aujourd’hui. Rien n’est plus ressourçant pour moi que ces moments de silence, mes moments d’écriture, de lecture…. de paix intérieure.

Aujourd’hui, en recup’, je savoure chaque instant, qui me remplit littéralement et me rend heureuse (rassurez-vous, il ne fait pas le temps de la photo ;)).

Publicités

Nommer son rêve *

* Sur l’inspirante idée de Christie

Parce que certains de mes rêves s’évaporent doucement, pour je l’espère laisser la place à d’autres, parce que depuis que je me suis remise à la visualisation créatrice, c’est un rêve que je caresse presque quotidiennement.

Parce qu’en ce moment, il me faut garder un pied dans la difficile réalité, c’est dans mes rêves que je m’échappe le plus souvent possible.

Je vous livre ici ce que j’ai déposé chez Christie, n’hésitez pas à partager avec nous !

« Avec Namoureux nous avons un beau chalet à la montagne.
Un espace spacieux :
Avec un grand bureau. Namoureux y a déposé de son côté tout son petit bazar électronique et moi toutes mes petites affaires aimées (livres, articles, collages, articles…).
Avec plusieurs chambres pour les petits enfants et les amis.
Une belle cuisine pour qu’ensemble nous préparions le fruit de notre petit jardinet qui donne sur la montagne.
Une cheminée pour nos soirées-jeu l’hiver.
Nous avons aussi cette chance : avoir un beau jardin. De beaux arbres plantés pour nos 40, 50 et 60 ans. Chaque été nous faisons une grande fête sous ces arbres qui ont vu pousser notre petit puis ses petits à lui.
Nous prenons le temps. Un temps pour nous 2, un temps pour chacun.
Je continue le tai chi avec une équipe de jeunettes qui me fait rire, je participe à un atelier d’écriture.
Je fais des confitures, je confectionne avec mes mains.
J’ai un peu maigri : j’aime enfin mon corps, ses bosses, ses marques du temps. Il n’y a pas trop de tâches sur mes mains (que j’aime beaucoup). »

Tout cela finalement ressemble à la paix retrouvée…

Caniculaire

Il faut aller à plus de 1000 mètres pour espérer avoir un peu d’air frais.

Je bénis le vent qui vient caresser ma peau.

Dans ce décor de rêve tout est sujet à contemplation et à émerveillement.

Je ferme les yeux et je me repais du silence.

Ici il n’y a rien d’autre que le chant des oiseaux et le bruissement du vent dans les feuillages.

Je ferme les yeux pour photographier le décor, respirer à plein poumons, me fondre dans les éléments.

Et toucher du doigt le bonheur.

Oui, le bonheur est ici dans cet instant, avec lui…