Cocher les cases

Il y a quelques années  de cela, j’ai fait appel à une coach, pour travailler sur mon assertivité.

Cet accompagnement pris sur mon compte DIF, m’avait permis de faire le point pour moi et de travailler ma communication ainsi que certaines de mes craintes et représentations.

J’avais particulièrement accroché avec cette professionnelle, très à l’écoute, bienveillante et très outillée. Elle m’a conseillé des outils, des lectures et j’ai pensé à cette époque qu’elle faisait un métier formidable, que j’aimerais exercer aussi.

A cette époque, je ne considérais pas mon accompagnement comme du conseil. Je n’avais pas confiance, je ne me sentais pas légitime (toujours cette sacro sainte confiance !). Et puis elle… Sa présentation, son professionnalisme, sa technicité, son assurance… Elle m’avait impressionnée.

Quelques années plus tard, j’ai appris qu’elle était devenue très proche avec une collègue de travail, laquelle me racontait à quel point cette personne était seule dans sa vie, en galère professionnelle et surtout, très peu confiante. Cela m’avait pétrifiée. Quel écart entre ce que j’avais perçu et la réalité.

C’est à elle que j’ai pensé cette semaine.

Mon activité de conseils sur mon poste va grandissant, je reçois des candidats que je conseille, rebooste, outille, secoue parfois ; j’ai des retours positifs, sur ma personne et ma compétence.

Lorsque je demande aux candidats s’ils prennent du temps pour eux, le recul nécessaire par rapport à leur métier, s’ils se respectent dans leur quotidien de travail, s’ils se donnent de la place : ce sont exactement des conseils que je pourrais me donner. Je ne suis pas la personne que je montre, pas complètement en tout cas.

Je ne me laisse pas beaucoup de place, je prends peu de temps pour moi, je me légitime peu et ma vie est loin d ‘être remplie comme je l’aimerais.

Difficile parfois de se coacher, lorsqu’on le fait pour les autres.

 

 

Rétro 2015

En couleur : le rouge de mes chaussures de mariage

En émotions : la joie infinie du mariage, la peine et la colère suite aux attentats, la tristesse de perdre mon beau-père

En évènements perso : le mariage, le changement d’emploi, le décès

En voyage : Le Québec, mon coup de foudre (et toujours ma bien-aimée Belgique)

En romanciers : Erri de Luca, Delphine de Vigan, Jami Attenberg, A. Garrido, I. Ogawa, Cheryl Strayed, pour les plus marquants.

En déception: clash irrémédiable avec cette collègue de 10 ans

En saison : l’été qui dure et qui harasse

En rencontre : Amma à Toulon

En lieu : celui ci, même s’il est de moins en moins visité et lu

En transport : le traiiiiiin, troooop de traiiiiin

En manque : l’amitié….

En fierté : dire ! (enfin) et avoir changé de travail

 

Lire la suite

Ceux qui laissent des traces

Sur l’invitation d’Anne-Sophie (merci à toi pour cette belle idée)

– les livres de l’enfance

  • Fantomette, le Club des 5, Martine, Heidi, Les malheurs de Sophie, Les contes de Grimm

Les histoires racontées avant le dodo, les histoires lues avant de partir à l’école, celles du dimanche soir avant de préparer mon cartable, celles lues sous les couvertures.

  • Plus tard, il aura le Petit Prince, le plus fort d’entre tous.

– les livres de l’adolescence

  • L’Éducation Européenne de Romain Gary
  • Les mots de Sartre
  • L’Amant, Moderato Cantabile de Marguerite Duras
  • L’écume des jours de Boris Vian
  • Le silence de la mer de Vercors
  • et les Maupassant et certains Zola et Verlaine et Rimbaud

les livres les plus offerts

  • « Le métier d’homme » d’Alexandre Jollien.  Ce magnifique philosophe, qui me bouleverse à chaque fois que je l’entends et qui me donne à réfléchir.
  • « La répudiée » d’Eliette Abecassis. Un de ces livres qui vient tordre les tripes et le cœur.
  • « Inconnu à cette adresse » de Kressman Taylor

– les livres à suspens

  • Fred Vargas… car je suis un brin pétocheuse et sujette aux cauchemars et certains de Harlan Coben.

– le livre sur lequel j’ai le plus travaillé

  • « Pour qui sonne le glas » d’Ernest Hemingway. Une découverte. J’ai passé des jours et des nuits sur ce livre, sans regret.

les livres qui me donnent à réfléchir (encore et toujours)

  • « Une vie bouleversée » d’Etty Hillesum
  • « Siddhartha » Hermann Hess
  • « Où cours tu, ne sais tu pas que le ciel est en toi », Ch. Singer

– je les suis de livres en livres

  • Milena Agus, magnifique écrivaine italienne
  • Claudie Gallay
  • Anna Gavalda

– je l’ai rencontré dans la vraie vie

Olivier Adam (lu tous ses livres, périodes avant le melon)

celui qui m’a chamboulée récemment

  • Journal d’un corps, Daniel Pennac