Lister pour ne pas oublier mes envies

Me former : à l’EFT, à la pratique narrative ;

Manger mieux, cuisiner plus souvent et prendre de l’info à propos de l’alimentation intégrative ;

Consommer moins de choses inutiles ;

Multiplier les RDV culturels ;

Voyager ;

Prendre soin de moi ;

Méditer, plutôt que de m’avachir devant la tv lorsque je rentre le soir ;

Me fixer des RDV avec moi (méthode Chine Lanzmann)

Prendre le temps ;

Prendre le temps ;

Prendre le temps ;

Tenter de faire 15 min de vélo d’appart le soir ;

Aux beaux jours, reprendre la marche rapide ;

Renouer avec moi, tout doucement…

Entrer dans la danse

J’ai vu  cette offre et j’ai pensé immédiatement qu’elle était faite pour moi.

En deux temps trois mouvements j’ai fait ma lettre, ajusté mon CV et j’ai envoyé le tout.

Quelques jours après j’ai regretté.

La peur.

La peur de quitter le connu (même pesant) pour une grosse machine de guerre, la peur de quitter mon équipe (même pesante) pour une grande équipe inconnue, la peur de délaisser mes connaissances, mes mécanismes, mes habitudes…

Puis le doute s’est insinué un peu plus chaque jour. Il a envahit tous mes pores, avant même que je sache si j’allais être retenue pour un entretien.

J’ai pris le parti de parler à ma peur, de faire avec elle, de la légitimer et j’ai pratiqué à haute dose l’EFT, j’en ai appelé à l’univers aussi.

Puis le coup de fil est arrivé, celui qui dit que tu es retenue et que ta compétence et ton parcours sont reconnus pour ce type de poste.

YEAAAAAAH

Et tandis que j’aurais du me réjouir, j’ai flétri.

Questionnements, remises en question. La totale. Je suis tellement forte en questionnements négatifs, en dénigrement. Je me suis préparée un tout petit peu, tellement incapable de me concentrer.

L’entretien, contre toute attente, s’est plutôt bien passé.

Parfois, l’avenir nous appelle et on est incapable de lui répondre.

Mais pour une fois, j’aimerais beaucoup prendre ce train là…

 

Se faire du bien (quand on a l’impression que tout se délite)

Mettre à fond dans la voiture les derniers morceaux d’Ibrahim Maalouf (dont le SUBLIME Nomade Slang).

Déjeuner avec une collègue, parler boulot et pas que, commander un café gourmand avec 6 morceaux de gâteaux purement délicieux. Savourer l’instant (et les gâteaux) , hors de ce quotidien de travail qui nous dévore.

Pratiquer de manière quotidienne étirements et EFT pour décompresser.

Porter un soin particulier à mes cheveux et à ma peau fatigués, m’enduire de crèmes chaudoudouces.

Décider, faire des choix pour moi (voter comme dirait mon amie F), frôler du doigt l’alignement intérieur.

Faire les derniers essayages de LA robe de mariée avec ma maman.

Bref se faire une vie un peu douce quand tout semble m’agresser.

Rétro # 2

La Manif pour tous qui donne des envies de devenir Belge

Sochi, Poutine et le bling bling à la russe boycottés allègrement

Me suis remise à la bière, me demande si c’est une bonne nouvelle…

La votation des Suisses qui laisse perplexe

Des échanges de mails entre potes à propos des municipales qui virent à l’aigre : bête et triste

La lecture difficile et néanmoins totalement prenante du « Rien ne s’oppose à la nuit » de Delphine de Vigan

Le regard empli de pitié de ma mère

Des cartes anniversaire confectionnées de mes blanches mains, des collages de manière frénétique

La maison qui prend de nouvelles couleurs, qui se réchauffe, je me la réapproprie tranquillement, elle me redevient supportable et douce

La littérature pour enfants qu’on piétine et dénigre

Les coups de scalpel au droit à l’IVG

La découverte de l’EFT (Emotional Freedom Technic) qui me fait lâcher et sortir des torrents de larmes

La séance de réflexologie plantaire de la mort : J’AIME QU’ON S’OCCUPE DE MES PIEEEEEEDS !

Les 70 ans de ma maman, fêtés comme elle est, modestement et sans bruit

Une Saint Valentin toute douce : nous nous retrouvons

La bouleversante révolution ukrainienne

La lecture revigorante de « 3 kifs par jour » de Fabienne Servan-Schreiber

Une jolie surprise postale : merci Céciiiiile !

Un éclat en réunion d’équipe, des pleurs, des incompréhensions ou comment être mal managés dans le social

Mon téléphone portable est mort, j’ai ressenti la même chose que lorsque ma voiture a été emmenée à la fourrière : du désarroi et une immense solitude. Putaing, suis accro…

Julie qui annonce qu’elle n’ira pas aux Césars. Le cloudy message sera celui ci : Toujours rester digne Julie (peut importe avec qui tu couches…)

Un voyage express en Allemagne