Le poste idéal…?

– un poste à 80 %,

– pas trop éloigné de mon domicile : durée de trajet de 20 à 40 min

– salaire de 2000 euros bruts /mois, avec avantages tels que les tickets resto

– 6 semaines de congés, des RTT

– un bureau suffisamment grand pour se retrouver à deux sans se marcher dessus et sans être asphyxier dès qu’il fait 25°, dans lequel il y a une clim’ qui fonctionne et un vrai bureau (pas une table sur laquelle je ne peux pas étaler mes petites affaires…), des placards pour ranger mes innombrables classeurs, un grand mur blanc pour y apposer des petites œuvres qui me feront me sentir bien.

– un cadre global accueillant (pourquoi les lieux d’accueil sont la plupart sombres et gris, tristes à mourir), bien décoré sans trop en faire et bien situé.

– dans une structure de taille moyenne, soit 10 à 25 collaborateurs, équitablement répartis entre filles / garçons. Composée de « vrais adultes » qui se sont trouvés et qui ne bossent pas dans le social pour régler leurs problèmes (tu peux sourire). Des personnes capables de s’écouter, travailler ensemble malgré les différences, se remettre en question quand nécessaire.

– pour l’encadrement une personne qui ne débute pas dans le domaine et qui a roulé sa bosse = lire qui sait ce que c’est que le management et ce que cela suppose, qui n’a pas peur du public dit en insertion, qui n’a pas non plus peur des multiples institutionnels aux discours contradictoires (et avilissants).

Quelqu’un qui sait se mettre à l’écoute de l’autre, qui sait être souple tout en étant garante du cadre. Un manager qui connait les forces et faiblesses des uns et des autres, qui sait valoriser le travail réalisé, les progrès et en parallèle qui accompagne pour faire progresser et monter en compétences. Je n’ai pas peur des cadres (ils me rassurent), je n’ai pas non plus peurs des exigences lorsqu’elles sont tenables. J’aime les défis, j’aime l’émulation, la création.J’ai besoin de me sentir toujours « en chemin » et donc d’être formée très régulièrement.

J’ai besoin que tout soit dit, dans le respect de l’autre et dans la bienveillance. J’ai besoin d’une personne qui m’insuffle de l’énergie lorsque je n’en ai plus, qui me freine lorsqu’il m’arrive de me laisser déborder et surtout qui ne me fasse jamais perdre de vue le sens.

J’ai besoin de moments plus légers au travail, plus festifs, qui nous permettent d’alléger les choses tout en gardant du lien entre nous. Des moments choisis dans l’année qui nous permettent de partager autrement et de construire notre histoire commune.

– ma mission serait équilibrée entre de l’accompagnement et une partie de mise en œuvre de projets. J’ai besoin de travailler en autonomie et en collectif, de prendre de la hauteur tout en étant connectée à la réalité quotidienne de terrain.

– je veux continuer à accompagner autrement. Certes avec des objectifs mais pas au détriment de l’être. Prendre le temps de considérer l’autre, regarder son histoire, pointer les freins et faire émerger les compétences et qualités, rendre auteur. Bref un accompagnement réaliste, humain…

Le rêve ?