Mood

D’un coup, avoir très chaud. Ranger les couvertures, commencer des cures pour la circulation sanguine, commencer à craindre pour mon quotidien de travail sans clim’. Puis avoir à nouveau froid, ressortir les couvertures, me ressentir subitement respirer à nouveau.

M’extasier devant la nature qui explose chaque jour. Devant ces couleurs éclatantes qui jaillissent de partout, m’en délecter, remercier la vie pour cela. Sourire à l’écoute du chant des oiseaux, à la vue de ce héron. Chérir la chance d’être là et d’aimer cela.

Ronger mon frein au cours de cette longue réunion. En sortir dépitée et penser, pour moi et seulement pour moi, que la fonction publique a parfois des talents fous pour se tirer seule une balle dans le pied. Détester ces moments improductifs alors que chacun, individuellement, nous sommes au taquet.

Mettre ma confiance dans les gens, toujours, au premier RDV, puis au second, puis au troisième. Et puis au cours de cette semaine et pour la première fois me « faire couillonner ». Grave. Et ne pas aimer cela.

Passer ces quelques jours ensemble. Aimer follement cela. Et mettre des mais partout.

Avoir cet échange téléphonique avec elle, parler de MA préoccupation du moment et me sentir ridicule lorsqu’elle laisse aller le flot de ses tracasseries quotidiennes. Évidemment, nous ne jouons pas dans la même cour. Le cancer crée des fossés que je ne sais pas combler.

Douter. Toujours, de moi et de moi et encore de moi.

Boire les mots de Chine Lanzmann, me mettre à vénérer Chine Lanzmann.

Acheter une jupe rose, en tulle, trouver ça un peu décalé et adorer ça. M’offrir du décalage (je suis en pré-ménopause, j’ai le droit !).

Chercher des respirations.

Décider de ne pas partir en vacances cette année…

Quitter définitivement FB et me sentir mortifiée de l’avoir fait (je suis un monstre, ou plutôt non, FB a créé une monstresse).

Pleurer devant Grey’s Anatomy. Systématiquement. Ne me demandez pas pourquoi…

 

 

 

Publicités

Des lassitudes

Professionnelles pour commencer.

Nous sommes tous, à des niveaux différents, fatigués, irritables, sur la brèche. La fin d’année est loin d’être notre période préférée. Nous devons préparer nos bilans d’activité, nous projeter sur l’année à venir, accueillir des personnes qui vivent la période des fêtes de fin d’année dans la difficulté, voire un grand dénuement. Avec les années, j’ai le sentiment de ne plus accompagner mais d’être pressée par des impératifs financiers et des contraintes administratives toujours plus lourdes.

Alors que les écarts ne cessent de se creuser, je vis violemment le fait d’accompagner non plus des personnes en tant qu’individualité, en fonction d’un projet, mais en fonction d’un dispositif. Autant de critères ineptes et enfermants, si peu connectés à la notion d’humanité. Nous n’avons pas les moyens suffisants aujourd’hui pour faire face aux multiples crises auxquelles nous sommes confrontées et je m’en désole.

Familiales aussi.

Pour la troisième fois cette année, la mort est venue nous visiter. Nous nous y attendions, nous étions « préparés » (peut on l’être seulement ?), car selon l’expression consacrée, la maladie avait creusé son sillon.

Pour autant et à chaque fois, je suis ébranlée. Questionnée dans mes fondements, dans ma relation à la vie et à la mort, dans ma relation à l’autre. Comment j’investis mes relations, le chemin que je prends est-il le bon, est ce que je profite de chaque instant à sa juste valeur, où est le vrai… ? Des questions finalement très « judéo-chretiennes »… mais ce sont celles qui me taraudent aujourd’hui.

Et puis, tandis que cette épreuve devrait nous réunir, les antagonismes se révèlent, les anciennes querelles se ravivent. Chacun joue sa partition, à sa manière, comme on sait si bien le faire dans ma famille… C’est un spectacle que j’observe de l’extérieur, incrédule et avec une pointe de dégoût.

Individuelles enfin.

Mon corps ne peut plus avancer. Je suis épuisée, tous mes membres sont tendus à l’extrême.

Le nouvel ostéo m’a avertie, « votre corps n’est pas prêt pour une autre FIV »… Je suis prise en tenailles entre ce corps que je me dois d’écouter enfin et de respecter, et le temps qui file et qui de plus en plus nous éloigne de la perspective de pouvoir avoir un enfant. Je ne sais plus. Où j’en suis, ce que je veux. La saturation est partout. Je ne peux plus écouter, entendre, me lever, aller travailler.

Je ne rêve que d’une chose : m’extraire du quotidien, m’exiler pour deux ou trois semaines, ne plus rien entendre, ne plus être sollicitée. Un chalet, de la forêt, de la neige et la nature, quelques bouquins, un peu de ravitaillement (faut pas déconner) et un bon lit, voilà un cadre idéal. Pour me reconnecter, me retrouver, prendre du recul et prendre le temps. Prendre GRAND soin de moi finalement.

Encore quelques jours jusqu’à la fin d’année. J’espère que les mauvaises nouvelles s’arrêtent ici.

Sortir les mots

Je les bouscule.

Quand je les questionne.

Avec mes réponses, avec mes propositions, dans les actions que je leur présente.

Quand je les reconnecte au réel.

A la question « Parlez moi de vous », ils ne savent que répondre tant ils ont une image dépréciée d’eux même.

A l’énoncé (un brin raidissant) « Décrivez moi votre parcours professionnel », ils se tassent, bafouillent, se rembrunissent.

Lorsque je demande « Quelles sont vos compétences », ils hésitent car ils sont intimement persuadés qu’ils ne savent plus faire.

Au piégeur, « Vous pouvez me donner quelques unes de vos qualités » : blanc, silence gêné.

Quand enfin j’arrive au « Décrivez moi une journée de travail ». Certains s’animent dans cette replongée de ce qui a été et qui n’est plus : un statut social, une utilité, la fierté du travail accompli, le sentiment d’appartenance à un groupe, la culture d’entreprise. D’autres au contraire s’écroulent. Il faut faire le deuil d’un emploi apprécié qu’on ne pratiquera plus.

Je les bouscule, avec mes exigences, mes attentes, mon regard parfois sans concession.

L’essentiel de mon travail consiste en cela aujourd’hui : revaloriser, redonner confiance, réinjecter sans cesse du positif, rassurer.

Il arrive (la plupart du temps) que le meilleur en sorte : un emploi retrouvé, une formation à suivre, des avancées personnelles.

Et de temps en temps, la perche que j’ai lancée se brise…