Laisser fleurir

Ensemble nous avons déterminé ce qui cloche : ma place. Ma place dans la vie, dans ma famille, dans mon couple au travail. Cette place que je me suis faite par le corps mais que les « autres » étaient si peu enclins à me faire, pour un ensemble de circonstances dépendant d’eux et de moi.

La place, un élément si essentiel finalement.

Je me suis mise à croire en ce pouvoir des mots, ceux qu’on écrit, qu’on laisse résonner, ceux qu’on laisse fleurir pour qu’ils donnent quelque chose. Une inspiration, une forme de vérité, une certaine force.

Il y a eu des rêves et puis une conviction profonde (alors pas tout de suite la profondeur hein), celle de ce que je veux faire demain.

Quand j’aurais trouvé la bonne formation, quand on me financera (quand les planètes seront alignées).

Car je sais que c’est le bon moment. Le bon moment intérieur, le bon moment dans ma pratique, le moment de ma maturité.

15 années à accompagner, à mettre en œuvre des outils, à les appliquer pour mieux accompagner. Et la satisfaction (prétentieuse ?) de voir des personnes retisser les fils, pour elles-mêmes, pour construire un projet professionnel, pour mieux se connaître.

J’aime follement ça. Je ne le dirais jamais ni dans une formation, ni dans un entretien (c’est un peu trop quand même…). Mais je ressens cette satisfaction égoïste à voir les personnes que j’accompagne avancer sur leur chemin. Un peu, beaucoup, pour certaines reculer mais toujours trouver une clé pour avancer vers soi, s’aimer un peu plus, se traiter en bienveillance, prendre des décisions.

C’est peut être le début d’un nouveau chemin…

Publicités

12 réflexions sur “Laisser fleurir

  1. Célestine dit :

    Ecrire me soigne. De l’écrire, je me sens tellement mieux ! j’ai tellement porté ça longtemps, comme un caillou que l’on laisse nous torturer au fond d’une chaussure. Alors j’écris, j’écris.
    Les mots font naître d’autres mots, des idées, des ressentis, une main invisible guide ma main et l’entraîne sur le sable de mes souvenirs.
    Ma vie est comme une continuelle feuille de papier sur laquelle, sans relâche, j’écris. Et aujourd’hui je sais. Je sais que l’on transcende tout, absolument tout, en créant quelque chose. Quelle que soit cette chose. En peignant ou en dansant, en marchant ou en construisant des bateaux en allumettes…
    Moi, c’est en écrivant. Chagrins, frustrations, souffrances, chocs, déceptions, joies, dégoûts. Tous les soubresauts de l’âme, transformés et sublimés par les mots couchés sur un coin de velours blanc.
    Prends soin de toi, ma Cloudy
    ¸¸.•*¨*• ☆

  2. lobservatricepastoujourssilencieuse dit :

    Ho je te souhaite de « trouver ta place », je te le souhaite tellement fort et de pouvoir enfin faire ce dont tu rêves !!!!
    Nos vies ne sont-elles qu’un combat ?
    C’est ce que je finis par croire moi qui ne rêve que de calme et de repos.
    Je te fais des bises douces

    • Cloudy dit :

      Ma chère toi
      Je le pense souvent aussi. Et puis je me ravise, je remonte la pente, je me sens bien, puis une nouvelle déception, déconvenue vient mettre à terre mon sentiment de bien être.
      J’ai à travailler encore, tellement pour m’accepter et me remettre au centre.
      Baci amica ❤

  3. gballand dit :

    Prendre sa place quand on ne vous en a fait aucune, c’est un problème épineux s’il en est !
    Il faut donc s’autoriser à prendre une place, sans trop s’excuser, d’ailleurs 😉

  4. sylvie dit :

    je trouve ça sain de ressentir du plaisir dans tes accompagnements; c’est curieux, si tu avais du plaisir à cuisiner pour les autres tu ne dirais pas « prétentieux » mais dés qu’il s’agit de relation aux autres et surtout de relation d’aide, on se met à culpabiliser
    avoir du plaisir à ce qu’on fait est tellement vital!
    je t’embrasse bonne semaine ma cloudy

    • Cloudy dit :

      C’est rigolo ce parallèle avec la cuisine, il m’interpelle.
      Tu as très certainement raison, il faut s’assumer !
      Je prends ta vitalité.
      Des pensées douces ma chère Sylvie.

  5. AlainX dit :

    Ayant assuré des « fonctions de management » , Comme on dit maintenant, dans un organisme qui visait la promotion humaine, c’est fou ce que j’aurais aimé entendre des collaborateurs dire :
    « J’aime follement (…) voir les personnes que j’accompagne avancer sur leur chemin »
    J’aurais alors pensé : voilà une personne qui au moins n’est pas égoïste et vit ses engagements tournés vers les autres….

    • Cloudy dit :

      Je te remercie Alain pour ce message.
      Qui vient nourrir la professionnelle… et un peu mon égo.
      Mais parfois, ce n’est pas si mauvais que ça 😉
      Très belle soirée à toi

  6. esterina dit :

    Comme je te comprends, ce que tu fais est tout simplement formidable.
    Voir ces personnes s’émanciper, découvrir qu’un avenir est possible, cette note d’espoir que tu distille est essentiel.
    Bravo
    Belle journée

En direction du Cloudy World

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s