Conversation intérieure

J’ai besoin de beaucoup dormir = la faute à la grippe dont je peine à me remettre.

J’ai des valoches, la peau qui tire, tout le temps soif, froid, puis chaud. Je suis capable de pleurer devant une pâquerette et d’avoir envie la seconde suivante de dégommer tout ce qui passe = la faute à la pré-ménopause.

Je ne sais pas pourquoi tout cela me fait penser au printemps, qui peine à sortir. Des bourgeons, quelques fleurs puis le froid, puis la pluie.

La pluie me rassure. Elle me donne des excuses. Celle de ne pas sortir, celle de n’avoir pas à partager que je reste chez moi, car ma vie sociale est un innommable désert, je ne parle même pas de ma vie culturelle. Je ne peux pas faire l’aveu que tout me coûte, tout me pèse. Parfois, je déplore ce quotidien dépeuplé de visages, d’amitiés et parfois la solitude est un confort que j’apprécie…

J’aime mon nouveau travail. J’accompagne des personnes qui en l’occurrence sont mes collègues. Nous portons, pour la plupart, les mêmes valeurs fortes de service public. Je peux dire que je fais de vraies rencontres qui me font réfléchir et avancer, autant que je leur donne de grains à moudre. C’est fluide. Fluide et tellement difficile à côté. Quand aurais-je le plaisir absolu et plein de me lever pour aller bosser, pour faire ce que j’ai à faire en sérénité. J’ai peu connu cela dans toute ma carrière professionnelle. Le domaine du social est finalement très auto-centré. Il me semble que nous avons des années lumière de retard. En matière de management, d’anticipation, de projection.

Combien de temps vais-je rester ? La question est plutôt, combien de temps peut-on tenir en équipe réduite, à 40 heures de travail par semaine, sans feuille de route, sans reconnaissance, avec la bride serrée, sans pouvoir se former sur l’année à venir. Fondamentalement, je n’apprends rien. Je fais des rencontres, je me nourris mais c’est tout.

Je n’ai pas l’énergie de chercher ailleurs et pourtant, chaque jour, je pèse le pour et le contre. Pourquoi j’aime certaines choses, fortes, qui font sens pour moi. Comment je fais pour transiger avec d’autres choses qui me paraissent totalement iniques… Je ne sais pas. Je me lève, j’y vais et le lendemain j’y retourne.

Hyper dur d’avoir plus de 40 ans et la peau sèche…

Publicités

6 réflexions sur “Conversation intérieure

  1. lobservatricepastoujourssilencieuse dit :

    Je ne sais pas si ça me rassure ou si ça peut te rassurer mais le « tout me pèse, tout me coûte » est exactement ce que je disais hier à mon mari……….. Tout mais absolument tout !
    Est-ce du à cette foutue ménopause ?
    Je n’étais pas comme ça avant il me semble.
    Demain et la semaine prochaine il pleut tu pourras rester chez toi tranquille ! Je sais que cette grippe est affreuse, les miens ne s’en sortent pas non plus !
    Bisous ma belle et merci d’être là

    • Cloudy dit :

      Je ne sais pas si ça me rassure mais je me sens moins seule 😉
      Il y a de ça, très clairement, et puis tout le reste. Entre la grippe et tout les autres désagréments, je n’ai pas été épargnée.
      J’ai commencé mon traitement hier soir (deux mois que je repoussais), on verra ce que ça donne mais ce matin ce n’était pas la grande forme…
      Merci à toi 🙂
      Bécots

  2. Dédé dit :

    J’essaie, tous les jours, de faire une petite chose qui me fasse plaisir et qui passe par les 5 sens. Écouter le chant d’une mésange, apprécier le goût du café, caresser le vieux bois de ce meuble, sentir le parfum de la lessive et regarder mes montagnes. Chaque sens doit avoir un petit plaisir. Même s’il est tout petit, il permet de s’ouvrir à la pleine conscience du moment présent et d’oublier le temps d’un instant les difficultés. Essaie. Bises alpines et courage.

    • Cloudy dit :

      Merci pour ce joli conseil chère Dédé.
      Je m’exerce à la gratitude tous les jours.
      Très bon dimanche à toi
      Douces pensées 🙂

  3. mapomme dit :

    47 au compteur par ici et les mêmes effets. Je passe du rire aux larmes et vice versa et ce y compris au boulot dont j’ai changé il y a 6 mois mais qui ne me satisfait toujours pas. J’ai l’impression d’un loooong tunnel.

    • Cloudy dit :

      Je suis contente de te lire !
      As tu un blog ?
      Je recherche, non sans difficulté, des forums ou des témoignages sur la question, je ne trouve pas grand chose.
      Je vais m’atteler à des lectures.
      Bon courage !
      Des bécots

En direction du Cloudy World

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s