J’ai un filleul…

J’en ai 4 en réalité.

Deux grands garçons et deux ados, des filles.

J’ai, je dois le dire, un petit faible pour lui.

Lorsqu’il était enfant, nous ne nous entendions pas très bien. Nous ne nous sommes pas vraiment rencontrés. Je l’avoue ici, avec une pointe de honte, je me suis tenue très éloignée de cet enfant bruyant (et si tu me suis, tu sais à quel point le bruit me fait fuir !), très bouge-bouge (non je n’ai pas écrit hyperactif), qui me regardait sans me considérer vraiment.

Son enfance a été agitée. C’était un enfant colérique, qui parfois, pouvait se mettre dans des colères noires qui le conduisait à se blesser. J’en ai été peinée pour lui. Et j’ai pensé secrètement au fond de mon cœur (oui c’est mal), que je serai bien incapable de gérer un tel enfant, qui était tout sauf un cadeau.

Ado, j’allais parfois le chercher au collège. Avec moi, il était mutique. Dans la voiture nous écoutions du rap, « ça va ? mmmmh ». Nous nous en tenions donc à cela.

Il a vécu, comme moi, des années scolaires très difficiles. Il n’y trouvait pas sa place, son seul souhait étant d’être dehors, dans la nature.

Et puis, il a trouvé la bonne filière. Une filière technique qui lui a permis aussi de rencontrer des patrons avec lesquels il s’est entendu immédiatement, qui ont pris le temps de le former techniquement et de le faire grandir.

C’est un jeune homme engagé dans le travail. Il a toujours été recommandé par un employeur à un autre, a cumulé dans sa courte vie plus de CDI que moi. Il s’est révélé. Aidé bien sûr par toutes ces personnes qui lui ont ouvert des portes vers l’extérieur et vers lui même.

Il a repris des études, il a voyagé en Europe (plus que moi !).

Aujourd’hui, c’est un homme que j’ai un infini plaisir à côtoyer, à connaitre vraiment.

Nous avons passé quelques jours de vacances ensemble ces dernières années. Chez lui. Et je suis bluffée de voir quelle magnifique personne il est. Attentif, curieux de l’autre, à l’écoute, généreux, un ami fidèle. Bien sûr, il y a ce grain de folie de l’enfance qui est toujours là. Son besoin de bouger, de découvrir le monde, ses fantaisies parfois couteuses. Mais il prend la vie par tous les bouts, il profite des instants, il fête tout ce qu’il peut fêter.

Il s’entend merveilleusement avec le Népou, qui l’apprécie énormément aussi. Et ça aussi, c’est un cadeau pour notre famille.

A chaque fois que nous nous voyons, j’ai ce petit pincement au cœur. Celui qui me dit, « toi, tu ne vivras jamais ça ». Le bonheur d’avoir dans ma vie un bel être à aimer, qui s’épanouit, grandit de la plus jolie des manières, vient mettre du soleil dans ma vie à moi…

 

 

Publicités

9 réflexions sur “J’ai un filleul…

  1. Célestine dit :

    Le 16 octobre 2017, en réponse à un commentaire, tu m’as écrit « toi je t’aime d’amour. »
    Cela a déclenché bien des choses en moi, et certainement la force de mener à bien une thérapie pour retrouver ma confiance en moi. Pour cela, je voudrais te remercier. L’amour universel est un fluide qui agrandit le monde plus loin que nos yeux meurtris.
    J’ai conscience que ce manque d’un enfant qui s’épanouisse doit être terrible pour toi. Pour autant, tu n’exprimes pas d’amertume envers les femmes qui ont eu ce bonheur, et c’est vraiment une de tes qualités principales.
    Ce bonheur, tu le retrouves et le transcendes un peu dans ce filleul magnifique tel que tu nous en fais le portrait.Et c’est sans doute pourquoi chacun de tes textes m’émeut au fond de moi.
    Je t’embrasse
    ¸¸.•*¨*• ☆

    • Cloudy dit :

      Chère Célestine, je suis sincèrement bouleversée par ce que tu écris ici, avec tes mots si joliment choisis.
      Merci ❤
      Infiniment

  2. MoO dit :

    J’aurais tellement de choses à te dire…. Et si je pouvais, je te serrerais fort pour que tu ressentes toutes ces belles choses ❤

  3. Melle Bulle dit :

    Je pense que l’absence d’enfant nous fait ressentir des choses très fortes au fond de nous.
    J’ai une relation très belle avec mon filleul. Quand il était petit, nous étions fusionnels … nous nous sommes un peu éloignés mais je l’ai « retrouvé » lors de mon mari, il y a 3 ans.
    Je me nourris beaucoup de l’amour de ces enfants autour de nous, et j’éprouve même parfois de la fierté pour certains quand ils réussissent quelque chose dans leur vie !
    Je t’envoie de la force dans ces moments de pincement de coeur … la force de s’accrocher à autre chose … la vie est parfois tellement injuste

    • Cloudy dit :

      Ma chère Bulle, je te remercie pour ton joli message.
      Je n’incrimine pas la vie. C’est juste ainsi.
      Parfois je fais « très bien avec » et parfois, comme en ce moment, tout remonte avec force et violence.
      Je dois accepter ces émotions et les accueillir.
      Je me nourris aussi de ce que je reçois. Mais parfois, c’est insuffisant…
      Je t’embrasse jeune amie 🙂

  4. lobservatricepastoujourssilencieuse dit :

    Je pense si souvent à toi et à ton besoin (je n’ai pas dit désir) d’enfants….
    Tu sais, il y a une personne qui a compté dans ma vie, dans la vie de ma maman, c’était sa marraine. C’est sans doute la femme la plus maternelle que j’ai connu (il parait que je lui ressemble beaucoup) mais la vie a fait qu’elle n’a jamais pu avoir d’enfants.
    Pourtant elle en a sans doute eu plus que beaucoup de mère car ma mère en premier mais tellement d’autres l’ont considérée comme une maman de substitution.
    Je sais sa blessure due à une erreur de jeunesse (autre époque), nous en avons souvent parlé mais je peux te dire qu’elle vit encore en chacun de nous et particulièrement en moi malgré son décès il y a plus de 25 ans.
    Ma fille porte son prénom en deuxième prénom et je continue à transmettre ce qu’elle m’a appris.
    Tu peux apporter aux autres, enfants ou grands, ce que tu as à donner j’en suis convaincue et même si cela ne remplace pas et ne remplacera jamais tu as un rôle à jouer et tu le joues j’en suis convaincue.
    Pour moi être mère ce n’est pas « pondre » un gosse comme je le vois si souvent autour de moi, être maternelle c’est être qui tu es dans ta famille et beaucoup dans ton métier ! Accompagnatrice, cela veut dire tellement non ?
    Moi j’ai toujours rêvé d’avoir une amie qui soit une mère avec moi, j’en ai rencontré bien peu !
    Je te fais de gros bisous doux ma belle et j’aime la façon dont tu décris ce neveu…….

    • Cloudy dit :

      Ma chère toi
      Merci pour ce beau message et pour ce partage.
      Je n’envisage pas mon métier comme j’envisage ma vie privée. Même si, tu as raison, je vois bien que certains transferts s’opèrent parfois.
      Toutes les questions de transmission que tu abordes, m’interrogent en ce moment, car en effet, j’ai ce souci de transmettre.
      J’essaye, comme je peux de faire passer des messages à chacun des 4 « enfants » qui ont une place dans ma vie.
      Au delà de cette question, il y a chez moi, en ce moment un fort besoin de tendresse….
      Je t’embrasse fort mon Observatrice, joli we à vous
      (tu me dirais quel est le 2ème prénom de ta fille ?)

Répondre à MoO Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s