J’attends la pluie

Je suis très sensible aux saisons et suis très attachée au printemps et à l’automne.

Les saisons ont un retentissement physique et émotionnel sur moi (aujourd’hui, toi et moi savons pourquoi). Ainsi, et c’est sans doute un cliché, mais je ressens très clairement la sève du printemps, comme je sens à l’automne que mon corps se prépare tranquillement à l’hibernation tant aimée. Je me sens, très fortement connectée à la terre, aux éléments. Au printemps, je perçois une forme de « ressourcement » intérieur. Le paysage qui s’offre à moi, permet cette connexion : en ouvrant mes fenêtres, je suis entourée de montagnes, qui se teintent , qui attrapent les nuages, captent les rayons du soleil.

C’est une chance et j’en mesure chaque jour l’importance.

Je l’ai répété maintes fois ici, cette année a été particulièrement difficile pour moi. Trop de soleil, trop de chaleur, mon corps a souffert. A la maison, j’ai traversé l’été dans la pénombre. Impossible pour moi avant 22 ou 23 heures d’ouvrir fenêtres et volets tant la chaleur était accablante, le matin, à parti de 7 H 30, la maison était bouclée. Un enfermement très insupportable pour moi qui avait l’impression d’être oppressée dedans comme dehors. Impossible de se promener en fin de journée et cela jusqu’à très récemment et donc de respirer à plein poumon tel que je le pratique quotidiennement.

Désormais, j’attends la pluie.

Savez vous que l’odeur qui se dégage de la terre lorsque la pluie tombe a un nom, certes peu poétique mais quand même : le pétrichor. J’aime cette idée que je trouve follement romantique…

J’attends la pluie, le frais qui se dégage une fois qu’elle est tombée. J’attends les odeurs de terre et d’asphalte, j’attends que mettre de petits pulls, de commencer à penser aux soupes que je vais préparer le soir et aux thés dont je vais pouvoir me délecter sous une couverture sur mon divan bien aimé. J’attends de pouvoir ouvrir grands les fenêtres et l’écouter tomber, secouer les feuilles des arbres en face de chez moi.

J’attends les odeurs de pierre et du sang des dieux…

 

Publicités

10 réflexions sur “J’attends la pluie

  1. Dédé dit :

    Coucou. Je comprends ce que tu exprimes. J’ai peut-être moins souffert que toi de cette chaleur estivale car je l’aime bien quand même. Mais j’aime les saisons qui sont marquées. De la neige en hiver, des pluies printanières pour faire pousser toutes les petites fleurs, un peu de chaleur en été mais pas trop et un automne éclatant mais avec aussi des précipitations dont la nature a tant besoin après la chaleur estivale. Malheureusement, les saisons sont moins marquées qu’il fut un temps et nous devons faire avec. Par exemple, hier il faisait 19 degrés en montagne, l’occasion de faire une petite balade et aujourd’hui… il neige.
    Mais entretemps, très peu de pluie, ce qui fait que la nature a soif.
    Et l’être humain qui se connecte à la nature, comme toi, souffre de cette indécision du ciel. J’espère néanmoins que la pluie que tu attends autant va arriver. Je te souhaite un bon dimanche.Bises alpines.

    • Cloudy dit :

      « Indécision du ciel », une bien belle expression et une triste réalité dont souffre la nature qui m’entoure…
      La neige !
      Bel hiver à toi 🙂

  2. Aldor dit :

    Le petrichor ! Merci, La nuageuse, pour ce mot que je ne connaissais pas tout en aimant la chose. J’en discutais hier avec les enfants tandis que nous nous faisons surprendre par une giboulée d’octobre.

    Binne journée.

  3. AlainX dit :

    Je préfère la géosmine…. c’est plus poétique que pétrimachin !
    Et ça veut quasiment dire la même chose : , l’odeur de la Terre quand il se met à pleuvoir.

    Sinon, je me demande s’il existe des personnes qui ne ressentent pas les effets physiques et psychiques des diverses saisons sur eux-mêmes…
    Nous ne sommes finalement qu’un amalgame d’éléments de la nature…
    la « nature » est en nous et nous compose.

  4. Mamine dit :

    C’est vrai que l’odeur des premières gouttes sur le sol est particulière. Je viens des Cévennes où les saisons sont bien marquées ; je comprends ce que tu ressens au changement de saison 🙂
    J’espère que la pluie va bientôt mettre fin à cet été.

  5. Célestine dit :

    De la poussière d’étoiles, nous sommes, oui…
    Et bien sûr que je ressens comme toi, ces variations du ventre de la terre…
    Les odeurs : chaque saison a la sienne. C’est fabuleux. Et indicible.
    La pluie, oh comme je l’attends, de tout mon corps, de tout mon coeur.
    J’adore ton billet.
    Bisous célestes
    ¸¸.•*¨*• ☆

En direction du Cloudy World

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s