Stepping stones : Coté pro

Arrivée en février 2016 dans cette institution, sur un poste qui n’est pas mon cœur de métier.

10 jours plus tard, ma collègue part une semaine en vacances.

Début mars, ma collègue est en arrêt maladie pendant une semaine.

Courant mars, je commence avec une responsable de service, un projet en direction de 50 professionnels que nous allons tous rencontrer ensemble, en mai. En parallèle, j’apprends mon nouveau métier.

Avril :  Ma collègue est en arrêt jusqu’en septembre. Je décide avec l’accord de ma cheffe de service de mettre à plat toutes les procédures du service, pour la plupart obsolètes. Je toilette, je ré-écris, je mets en forme, je propose. Ce travail de fond va durer 4 mois. Mon travail fait l’objet d’allers-retours pour être validé par un millefeuille de décideurs.

Avril. La N+2 du service fait un burn out. Elle n’est pas revenue à ce jour.

Mai, je mène le projet en binôme. Nous rencontrons donc 50 professionnels, qu’il faut renseigner, orienter, rassurer. Une N+3 arrive. Elle est missionnée pour revoir de fond en comble le service auquel je suis intégrée.

Juin à aout. Je recrute seule en nombre pour la prochaine rentrée scolaire. En juillet, on me demande de mettre en place des ateliers collectifs. Ils auront lieu en décembre.

Septembre ma collègue revient de son long congé maladie. Je suis convoquée par la N+ 3. J’aurais dit que je ne souhaitais plus collaborer avec elle. Ce tremblement de terre me fait monter et rester une semaine dans les tours.

Octobre. Je tombe malade, je suis en arrêt 10 jours. Dans le même temps, ma responsable de service fait un burn out. Elle est en arrêt depuis lors.

D’octobre à décembre, les changements arrivent à grands pas. On apprend que des postes vont être supprimés, les services repensés. On nous demande de faire « des efforts », on nous dit que « cela va être difficile et long ».

Une responsable d’un autre service est désignée pour nous soutenir ma collègue et moi.

Janvier 2017. On apprend que le poste de notre collègue secrétaire est supprimé.

Mars-Avril. Ma collègue bénéficie d’un temps aménagé pour passer un concours. Une nouvelle responsable de service est désignée.

Mai. Ma collègue change de poste. Je me retrouve seule jusqu’en aout.

Juin. Je passe un entretien pour changer de poste, dans mon propre service. Je suis retenue.

Aout. Une nouvelle collègue arrive. Je dois la former. Dans le même temps, je dois recruter, mettre en place un nouveau collectif (différent du précédent) et commencer certaines missions de mon nouveau poste.

Prévision de décembre : je devrai occuper une bonne fois pour toute mon nouveau poste… mais sans bureau.

 

 

 

 

Publicités