Février (il faut tenir jusqu’en mai)

Trachéite, fièvre et nez qui coule / Fissure dans le parc-brise, comme une allégorie de mon quotidien / « C’est un passage, comme une turbulence, il faut tenir jusqu’en mai » (glurps) / Décider de se remettre en recherche d’emploi / Décider de se remettre en recherche de formation / 5 ans sans toi et un trou béant dans mon cœur /  Puiser loin dans mes ressources (intérieures) / Ma journée « requinquage » avec ma MF, formidable coache / Le doute, si  puissant qu’il creuse des sillons / Aimer tous les jours davantage ma maison / Les mots qui ne sortent pas (bordel de merde) / Ma sweety  a un amoureux (achevez moiiiii) / Les 25 ans de mon blond (re-achevez moi) / Trouver MA formation pour le mois de juin / La lecture attentive de « Ta deuxième commence quand tu comprends que tu n’en n’as qu’une » / François F., Riri Fifi et Loulou (ou comment dégouter le citoyen lambda de la politique) / Donald (trop c’est trop) / Un mal de gorge persistant (ou comment ton corps te fait comprendre que tu ne digères pas !) / L’open space m’a tuée / Mon père qui se fait dépouillé par un f*****g connard / Le viol comme pratique policière et tout un pan de société qui se soulève, à juste titre / Avoir envie de m’échapper (loin)/ L’anniversaire de ma Môman, la sentir se faner / Réagir, trop, agir trop peu et le déplorer / Avoir envie que ça s’arrête et le dire / Marie l’esthéticienne, une fée parmi les fées, qui m’a fait me sentir bêlllle / Pressentir qu’il faudra tenir jusqu’en juillet / Des fiches de poste qui n’arrivent jamais / Prendre RDV pour se faire arracher des dents et avoir des envies de meurtre à l’encontre de ce connard d’ancien dentiste / Le Spritz du Saint Vincent (à se taper le cul parterre) / Ma sweety a 16 ans (putain tu avais 2 ans hier !!!!!) / Le livre « la Seulitude » / Quelques jours de congés comme une libération / Les retards des trains, être si habituée, ne même plus s’en offusquer / La place que prend le travail, pendant les vacances. Détester ça / Le rire des enfants, les câlins des enfants et le vide intérieur / Le repas de famille avec du poulet antillais dedans (à se taper le cul parterre) /  Avoir envie de rester sous la couette pour faire taire les bruits…

Publicités