Déjà maintenant

Ça y est, on y est.

Je veux dire, c’est déjà 2017.

Je me souviens avec une extrême précision dans quel état j’étais il y a un an.

Il me restait un mois à faire dans ancien travail. J’étais excitée, terrifiée et néanmoins anesthésiée car sous anti dépresseur. Je n’avais qu’une envie : voir du large, changer d’horizon, apprendre.

J’ai réussi mon coup… Non sans y laisser, encore, quelques plumes. 10 mois que je travaille dans une équipe incomplète, 10 mois que je cravache, que je ne parviens pas à lever la tête du guidon.

Émotionnellement, je me retrouve dans les mêmes pas qu’il y a un an. Étrangement  en arrière. Professionnellement, un nouveau chantier m’attend. Un nouveau challenge dont je ne suis pas certaine de vouloir. La stabilité espérée ne sera pas au rendez-vous.

Définitivement la vie va trop vite pour moi. La vie professionnelle, la vie 3.0, où tu n’as pas fini d’exécuter les dernières directives que déjà il faut penser à celles d’après demain.

Je me sens un peu prise au piège… Sans plus d’horizon qu’en 2016. d’ailleurs, comme l’année dernière, je n’ai envie de rien… Pas de résolution, pas de projet particulier.

Des besoins. Juste des besoins :

  • me remettre à lire, ce dont je suis incapable depuis un an
  • prendre du temps pour moi
  • manger mieux,
  • prendre soin de mon corps.

Juste ça, me remettre au coeur de moi.

 

Publicités