Tracer les lignes

Nous avons collaboré 4 ou 5 mois avant que je ne quitte mon précédent emploi.

J’ai aimé son côté solaire, la vivacité de ses 27 ans, son côté engagé, voire rebelle.

Et puis son histoire avait un côté fascinant pour moi. Des parents globe-trotters qui ont vécu en communauté, une indépendance prise très tôt, le virus du voyage, du partage, la curiosité des peuples et des êtres, l’incroyable aisance relationnelle. Et un inénarrable grain de folie. Je crois qu’elle me renvoyait ce que j’aurais aimé être et que je n’étais pas.

J’ai appris qu’elle a quitté son travail, laissé son appartement pour rejoindre dans le nord de la France, un homme rencontré il y a peu.

Elle a osé et je n’en suis pas surprise.

Je me suis remémorée la longue liste des actes que je n’ai pas posés, des paroles que je n’ai pas prononcées, des choses que je n’ai pas réalisées, car je n’ai pas osé.

Je ne vais plus à la piscine, car je n’ose pas « exposer » mon corps ;

Je n’ai pas poursuivi le théâtre, car je n’osais pas monter sur scène ;

Je n’ai pas pris parti dans certaines situations professionnelles tendues, car je n’ai pas osé ;

Je n’ai pas dit à certaines personnes que je les aimais et à d’autres que je n’avais plus d’amour, car je n’osais pas dire ;

Je n’ai pas osé, alors qu’il était plus que temps, quitter mon emploi ;

Je n’ai pas accepté des propositions amicales,  de voyages, de sorties, parce que je n’osais pas ;

Parce que je ne me sentais pas à la hauteur à dire vrai. Je ne me pensais pas légitime, à ma place.

L’enfant, insécure, n’a pas fait le premier pas, n’a pas pris le risque, n’a pas affronté ses peurs, n’a pas fait tomber ses croyances erronées.

Quels étaient les risques ? A première vue, aucun n’était mortel.

Les conséquences ? Du gâchis. Un incroyable gâchis.

A mettre les autres toujours avant et devant moi, je me suis oubliée, invisibilisée.

Il y a toujours chez moi cette part un peu bancale, un peu atrophiée, qui doit aujourd’hui se redresser, se réveiller.

img_20160908_182347

 

Publicités

17 réflexions sur “Tracer les lignes

  1. MyoPaname dit :

    Oser, c’est prendre le risque de se mettre au monde en permanence.
    Je crois que c’es de t Jacques Salomé ; La ferveur de vivre (2012), et c’est tellement vrai !
    Mais ce que tu apprendra avec le temps c’est qu’Oser rend plus fort…
    douce semaine

    • Cloudy dit :

      Comme j’aime cette expression « se mettre au monde ».
      C’est un peu ça en effet, même lorsqu’on est adulte 🙂
      Douce soirée

  2. PaoDora dit :

    Mon Dieu, il y a tellement de concordances entre tes mots, tes maux et ce que je vis, ce que je suis et ne suis pas mais vroudrais être… Cette peur, cette enfant insécure, ce sentiment d’illigimité…je tente de trouver, ou retrouver, mon axe, de sortir ce qui bloque…besoin de parler, que ça sorte (j’espère) mais quoi ? J’ai demandé de l’aide, je verrai bien, comme toi, où ça me mène. Par contre, j’ai osé la piscine, le théâtre, beaucoup en réfléchissant et pourtant je me sens malgré tout perdue, je voudrais être invisible zu mieux de la foule à laquelle j’ai besoin de me mêler parfois, besoin de contact. Facile de dire qu’il faut oser, qu’on vaut autant quz les autres, mais si difficile à mettre en pratique, à intégrer profondément. Pourquoi ? Qu’est-ce qui cloche ? Que faudrait il faire ? De quoi a-t-on peur, de qui ? Des autres, de nous ?
    Moi aussi, j’envie, j’admire cette jeune femme et sa liberté, sa douce folie, son courage car il en faut. Elle a reçu les clés ; croisons les doigts que personne ne l’abîme. Je t’embrasse et je suis de tout coeur avec toi. Ose, déploie tes ailes, tu vaux la peine, tu vaux le coup, tu as le droit d’être heureuse, de t’épanouir, de vivre pleinement… 🙂

  3. kakushiken dit :

    Bonjour toi,
    Comme c’est curieux…
    Et si je te disais que « j’ai osé » par timidité, convaincu que cela ne marcherai jamais ?
    « Osé » juste pour me détruire, me prouver que je n’étais pas capable ?…
    C’est la vérité…
    J’ai « osé » bien des fois, me terrifiant tout seul…
    Les fois où je me suis loupé, j’en étais presque content, cela me rassurait d’échouer…
    Quant aux fois où j’ai réussi… Mon cœur battait la chamade, une lumière m’envahissait, une joie me submergeait…
    Encore maintenant « j’ose » de temps en temps… Mais il n’y a plus cette sensation de vitalité… Il n’y a qu’une fleur fanée en moi.
    J’ai du trop « abuser »…
    Bisous

    • PaoDora dit :

      Kakushiken, je me retrouve aussi un peu dans cette notion d’oser en pensant que ça ne marchera pas. Si j’ose et que ça fonctionne, je me dis « bizarre ». Si j’ose et que ça capote, je me dis « normal ». Je n’avais pas vraiment réalisé… Heureusement, ça me le fait moins avec le temps. C’est peut-être l’équilibre qui vient 🙂 On est un peu compliqué, quand même, non ?! 😉

      • Cloudy dit :

        On est parfois contradictoires, tiraillés par nos désirs, nos espoirs, nos failles…
        😉
        Belle soirée

  4. sylvie dit :

    toujours beaucoup d’écho dans ton histoire…avec ma propre histoire
    cette photo, ou plutôt la posture un peu ‘écorchée vive, me perturbe énormément….

  5. mel dit :

    Je me retrouve dans tes écrits. Et aujourd’hui j’ai fait un post sur oser, mais de tout tout petits pas ….. J’ai tant de regrets sur tout ce que je n’ai pas pu faire à cause de ce que j’étais … Comme toi, il y a des gens qui m’ont époustouflée tant ils osaient !

  6. medorademerode dit :

    Une seule parole: Wake Up. Nous n’avons qu’une vie alors fonce, tu constateras que les montagnes que tu as créés ne sont que des collines..

  7. Rubynessa dit :

    Comme Kakushiken j’ai souvent osé et je me suis retrouvée sur le carreau maintes fois, parfois à être devoir ramassée à la petite cuillère…. Donc j’ai pris la décision d’oser moins, beaucoup moins et il semble que je vis mieux….. 🙂

Répondre à Cloudy Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s