Sombre été

Il y a

l’odeur de l’herbe coupée qui s’infiltre par les fenêtres

le soleil qui vient dorer la peau

les fleurs qui viennent colorer jardins et avenues

les jupes raccourcies, les décolletés, le vernis sur les ongles

les ventilateurs et autres clim qui tournent à plein régime

cette drôle d’atmosphère aux terrasses des cafés et des restaurants

les projets de vacances qui s’esquissent ou se concrétisent

et chez moi

l’énergie vitale qui s’enfuit

le corps qui s’alourdit et se bloque

le doute qui s’insinue

et ce putain d’été qui ne fait que commencer