« Rien que de l’eau de pluie »

Ça se bouscule, ce n’est pas très organisé.

Le travail qui prend toute la place, à nouveau. Car il faut assurer le quotidien, faire ses preuves, travailler pour 2. Depuis février, date de mon arrivée, j’ai travaillé plus souvent seule qu’à deux. Je surnage, c’est tout. Je fais ma place, instaure mes rituels : dire bonjour le matin, au revoir le soir, frapper à la porte du bureau avant d’entrer… des broutilles. Est-ce que j’apprends des choses ? Je ne sais pas. J’assure le quotidien, j’organise les recrutements, je reprends des outils, lorsque j’ai le temps, c’est à dire pas souvent et enfin, j’assure des collectifs. Est-ce que je fais bien ? Personne pour me faire un retour. J’ai tellement envie d’apprendre, de progresser, réfléchir, créer…

Il pleut, sans cesse. J’aime la pluie. Elle me calme, m’apaise, me « lave ». La pluie est mon prétexte. Quand il commence à faire beau. Les gens « normaux », sortent, prennent des verres aux terrasses des cafés, font des barbecues, font des pics-nics au bord des lacs. Moi pas. Je déteste l’été alors que j’adore faire toutes ces choses. Mais c’est moi qui rappelle, moi qui lance des invitations… moi qui pleure l’amitié. Je me déteste de le faire. Je déteste ce trou béant dans ma vie. Le trou de l’amitié, celui qui ne s’est jamais comblé. Je ne sais pas pourquoi, je ne sais pas ce qui cloche. Je suis cette personne qu’on appelle lorsqu’on va mal. Écouter, valoriser, rendre des services, je sais faire, tellement faire que je me suis souvent oubliée. Mais je ne suis plus celle qu’on invite, celle qu’on a envie d’écouter, avec laquelle on partage. Mes parents ont vécu en autarcie et avec mon Népou, nous reproduisons exactement la même chose. Tout ensemble ou rien.

En ce moment, tout est incroyablement pesant…

DSC00105

 

 

Publicités

3 réflexions sur “« Rien que de l’eau de pluie »

  1. kakushiken dit :

    J’ai pourtant envie de partager avec vous, d’où mes commentaires…
    S’oublier on peut le faire lorsqu’on donne ; mais il faut rester alors dans cette perspective pour ne pas devenir triste (l’attente des autres entraine la tristesse). Vous tombez dans le piège d’attendre après l’amitié, d’où ce malaise, cette torpeur qui vous pèse…
    Apprenez à vous retrouver vous-même… Redevenez vous-même afin de retrouver ce à quoi vous aspirez.
    (je sais, c’est facile à dire ; et rageant d’entendre ou de lire cela)
    Vous avez votre népou, il peut combler bien des parties de ce vide en vous…
    Bonne nuit.

    • Cloudy dit :

      Merci de partager et de venir ici 🙂
      J’apprécie beaucoup.
      Ce blog m’a permis d’entrer en contact avec des personnes merveilleuses. Des amitiés se sont créées, j’ai même grâce à mon blog rencontré mon mari.
      Pour autant, cet univers d’affinités électives, demeure le plus souvent virtuel.
      J’ai besoin de parler parfois, d’avoir des conseils, des points de vue, je ne peux pas tout partager avec mon mari.
      Je n’ai plus d’attentes… J’ai fait face à de nombreuses déconvenues et aujourd’hui, je tends en effet vers plus de connexion à qui je suis.
      Doux we 🙂

En direction du Cloudy World

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s