L’inénarrable

Je n’en aurais jamais fini.

Avec mon corps.

C’est mon inépuisable sujet.

Les cheveux blancs sur les tempes, les joues bien remplies, le dos légèrement courbé, les seins lourds, une ceinture abdominale fournie, des ailes de chauve-souris qui pendouillent de plus en plus, des cuisses qui n’en finissent pas de se tendre. Bref un corps charnu, gros, gras.

Des tocs alimentaires qui viennent frapper le corps et l’âme.

Il y a des jours (des mois), où je me fais l’effet d’être une camée. Où rien ne calme la vague, la déferlante intérieure. Pas les tranches de jambon, pas les amandes, pas les galettes de riz ou de maïs avalés en quantités astronomiques.

Il n’y a rien de grave.

J’ai une famille un peu unie, un mari, un emploi, un toit, j’ai de quoi m’offrir quelques loisirs et quelques vacances, je peux me soigner convenablement. D’ailleurs, j’ai fréquenté pendant 10 ans quelques psys, des spécialistes du gras, des gourous en tout genre. Mais rien. Il y a toujours cette putain d’hyperphagie qui trace son sillon, qui envahit tout.

La faim tout le temps, impossible à calmer.

Pas la respiration, pas la lecture, pas les exercices physiques, pas la marche. Rien.

Le corps gavé est gras, douloureux.

Difficile de s’accroupir, se vêtir (je veux dire avec des fringues qui ne font pas ressembler à un sac), marcher vite, se montrer dans l’intimité.

Si tous les enfants qui ont manqué de présence parentale, de confiance, d’un peu de considération familiale sombraient dans l’hyperphagie ça se saurait….

Alors quoi ? Je n’ai pas de réponse.

Juste des faits. Ceux d’un corps fatigué, qui se dégrade, qui est bien plus vieux qu’il ne devrait…

 

Publicités

14 réflexions sur “L’inénarrable

  1. Pierre dit :

    Je n’ai pas de réponse non plus, mais je crois qu’il est important que tu en parles. Parce que c’est un souci pour toi et que le garder ne ferait que maintenir du sombre dans ta vie.

  2. kahina dit :

    Pourquoi ne pas accepter ce corps « gras » ?
    Toute mon enfance, on m’a dit que j’étais un peu ronde, sans être obèse. Une vraie culpabilité. Ma soeur a toujours été plus mince que moi mais à quel prix et pour quel bénéfice finalement ?
    Je te souhaite de trouver des solutions afin d’être en paix avec ton esprit et ton corps.

    • Cloudy dit :

      Chère Kahina, j’aimerais beaucoup…
      Mais je n’y arrive pas. L’hyperphagie me met en souffrance.
      Merci pour ta venue ici et pour tes voeux 🙂

  3. gballand dit :

    Bon, vous n’êtes pas tendre lorsque vous parlez de votre corps… C’est étrange, j’ai l’impression que vous parlez de deux personnes différentes : vous et votre corps, comme si vous étiez absente de lui. Reste à reprendre la main 😉

  4. L'Intimiste dit :

    Je commente rarement, je fuis le commentaire inutile juste pour montrer que si si, je te lis.
    41 ans, une minuscule crise hyperphagique voilà quelques jours, mais qui est repartie au large en m’offrant l’opportunité d’un apaisement. Je te souhaite l’apaisement.

    • Cloudy dit :

      Ma chère Intimiste. Il n’y a pas pour moi de commentaires inutiles 😉
      Tes mots ont toujours un effet apaisant et reboostant pour moi.
      Joli we.
      Douces pensées

  5. Coumarine dit :

    pourquoi, malgré le désir profond d’en sortir, ne se débarrasse-t-on de certaines souffrances?
    Tu as fait le maximum pour t’en sortir, et non…
    Je n’ai pas de conseils à te donner, sauf que je te comprends bien, j’ai une fille de ton a^ge dans le même pétrin que toi.
    Un compagnon qui l’aime comme elle est…c’est beaucoup, non? Tu as aussi un mari qui t’aime…comme tu es…
    Se sentir aimée, au delà de l’image que renvoie un miroir cruel… je pense que c’est là ta meilleure thérapie
    Je t’embrasse avec tendresse

  6. dlandelleppm00 dit :

    Ce corps essaie de s’exprimer, mais il n’est pas le malaise en soi, il tente de révéler un malaise.
    L’expression « j’ai faim » n’est pas la bonne idée, car si c’était le cas, en mangeant cela se calmerait, et la satiété apporterait le bien-être.
    Lutter contre ce que le corps essaie de dire est vain, car cela ne fera pas disparaître le « problème ».
    Je te conseille Alice Miller, qui a parlé de « communication nutritive » quand on est nourri sans conscience, sans tenir compte de notre réel besoin, on peut sentir ça.
    Et puis aussi Stettbacher « Pourquoi la souffrance » un peu introuvable, j’ai un mauvais scan ici : http://perso.lvideoservices.net/BOOK-STETTBACHER.zip.
    Alice Miller « Notre corps ne ment jamais » ou peut-être d’autres plus sur l’anorexie/boulimie.
    Ces livres m’ont aidé…

  7. imaginer dit :

    Je découvre ton blog par l’intermédiaire d’un commentaire que tu as laissé chez L’Intimiste et les quelques articles que je viens de lire m’ont bouleversée.
    Tu écris très très bien, tu fais passer tes émotions….

  8. La Noiraude dit :

    Je comprends tellement ce que tu exprimes. J’aimerais être plus proche et pouvoir venir te prendre dans mes bras en te disant tu verra,un jour… Et refaire le monde, rire et pleurer et partager. Free hugs. Plein plein de bises.

En direction du Cloudy World

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s