Brouillon

Est ce parce que j’ai trop smsé, trop facebooké, est ce que parce-que j’ai basculé dans l’immédiateté que je n’arrive plus à me poser.

Me poser en mots, tirer les fils de cet écheveau intérieur, trier les émotions, les légitimer.

J’avance à vue.

Entre les déceptions, le manque de sommeil, les contrariétés et une somme de travail qui ne cesse de croitre.

De quoi, de qui j’ai besoin, où je vais, que dois-je mettre en place pour atteindre mes objectifs ? Je ne sais pas. Ou alors je ne sais plus. Ce n’est plus clair.

Je m’efforce de travailler sur moi, je me coache, je me dope au positif, je m’enjoins de me traiter avec bienveillance. Mais la tâche n’est pas aisée.

La vie est si courte, si fragile. J’ai le sentiment de la gâcher parfois…

Publicités