La salle de sport

J’ai attendu d’avoir 39 ans pour sauter le pas. A savoir, payer un rein pour aller transpirer dans un lieu rempli d’objets de torture, qui sent la testostérone et où la musique vient percer mes deux tympans.

Mais c’est pour mon bien.

Si si.

Ainsi donc le jeudi, je vais transpirer avec ma copine de la clinique qui fait perdre des kilos. On pédale, on rame, on soulève de la fonte, on pilates et on rit beaucoup. Et puis toutes les deux on est très partner look : longs tee shirts difformes, pantalons de jogging hypra larges.

On fait un peu tâches dans le décor.

Dans la salle de sport,  les gens ne se disent pas bonjour, mettent leurs écouteurs sur les oreilles et ne se parlent pas, certaines nanas (qui font du 36 les gueuses !) sont maquillées comme pour aller en boite, quant aux hommes, certains sont là pour faire de la gonflette, certes, mais aussi pour « pêcho », on le sent bien aux regards très appuyés sur les cuisses galbées de certaines belles jeunes femmes. J’allais oublier les tatouages qui s’exposent et s’affichent ici sur une épaule, là sur des jambes.

Contre toute attente, j’aime bien la salle de sport. Je vais faire mes petits programmes, je transpire (grave) et j’ai l’impression d’avoir sauvé ma semaine sportivement parlant. Qui l’eut cru ?!!!