Il y en a…

Il y en a :

Que je n’oublierai jamais

Que j’ai oublié, si tôt qu’ils ont franchi la porte de mon bureau

Que j’ai gardé longtemps en tête car leurs situations m’a inquiétée

Avec lesquels j’ai ri aux éclats, que j’ai fait pleurer, que j’ai profondément énervé, qui m’ont poussée à bout

Qui m’ont ouvert les yeux sur le monde, m’ont redonné du courage, m’ont émue,  fait relativiser

Qui m’ont fait désespérer de la nature humaine

Qui m’ont fait penser que la recherche d’emploi serait du tout cuit et je me suis trompée

Qui m’ont fait penser que ce serait un long accompagnement et je me suis trompée

Que j’ai apprécié immédiatement et avec lesquels j’aurais apprécié devenir amie

Qui ont trouvé un travail immédiatement par un heureux concours de circonstance et qui pensent que je suis une super conseillère, qui n’ont pas trouvé par mon intermédiaire et qui pensent que je suis une super conseillère

Qui ont trouvé un travail par eux-même et pensent que je ne sers à rien, ne cherchent pas seuls et pensent que je ne sers à rien

Qui ont trouvé un travail par mon intermédiaire et me remercient encore plusieurs mois après, qui ont trouvé un travail par mon intermédiaire et ne m’ont jamais recontactée

Qui tutoient comme si j’étais une copine et d’autres qui donnent du Madame Cloudy à n’en plus finir

Qui m’ont bluffée par leurs ressources, par leur courage à toutes épreuves et ceux qui pleurnichent et auxquels je mettrais un bon coup de pied au *bip*

Que je ne reverrais jamais et c’est bien, que je croise de temps en temps et c’est bien, dont j’aimerais avoir des nouvelles parce que cela me ferait plaisir

Qui se sont ouverts sur leur vie, d’autres qui demeureront des mystères

Qui ne souhaitent plus me voir et d’autres qui m’envoient la famille et les voisins du quartier

Tous ont contribué à faire la personne et la professionnelle que je suis…

 

Publicités

9 réflexions sur “Il y en a…

    • Cloudy dit :

      A l’heure où sur mon territoire des Maisons pour l’Emploi ferment, où les chiffres du chômage font frémir et où nos moyens sont réduits à peau de chagrin, je me suis dit qu’il était bon de revenir à des fondamentaux : les personnes que je reçois.
      Ton message me touche d’autant plus que je sais que tu sais…. 😉

  1. cecile dit :

    Je salue ta capacité à grandir avec le bon et le mauvais. En ce moment j’en suis incapable, je me bloque sur le mauvais et je ne vois pas ce qu’il m’apporte…

    • Cloudy dit :

      Il s’agit de mon quotidien de travail tu sais. Et si je n’avais pas pris le recul nécessaire à un moment donné, j’aurais rendu mon tablier et me serais laissée ronger de l’intérieur.
      Des pensées Cécile 🙂

  2. Alainx dit :

    Quel bel hommage rendu à toutes ces personnes !
    Quel beau témoignage de ta vie professionnelle engagée !

    Un billet qui fait du bien !

    • Cloudy dit :

      Je ne l’ai plus cette passion. Elle a été rongée par les politiques publiques de l’emploi, par les injonctions iniques des « gens d’en haut » qui ne savent que très peu ce qu’est l’accompagnement de personnes en grande précarité. Il y a bien longtemps que je n’accompagne plus de publics hétérogènes (ingénieurs, demandeurs longue durée…). Je fais au mieux, avec peu de moyens. Et c’est pour moi une révolte quotidienne.

En direction du Cloudy World

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s