Sisyphe

Je regarde ma vie et tout se mélange.

Ce lieu  devenu assez chiant et loin de ce que je souhaitais en faire.

Mes mains qui commencent à se friper, mes cheveux blancs sur les tempes et la pétasse de ride du lion qui me barre le front

Mon « petit malheur » que je me traine douloureusement

Ma situation professionnelle, triste à mourir, à mille lieux de ce que je pouvais imaginer

Je n’aime pas ma vie, je n’aime pas la manière dont elle se transforme depuis 3 ans. Les douleurs, les griffures, les pertes, les mensonges, la souffrance physique, psychologique.

Je me raccroche à tout ce que j’ai.

Un Namoureux, une famille aimante, un nid douillet, un salaire qui me permet de manger à ma faim, de me soigner, de partir en vacances et de m’offrir de menus plaisirs, des montagnes magnifiques qui chaque jour me font m’émerveiller du cadre de vie qui est le mien, quelques amis.

Je me raccroche mais ce n’est plus suffisant.

Je veux plus, mieux, plus fort, plus grand, plus doux, plus joli.

Plus de vie.

Je ne sais pas si je le vaux bien, je ne sais pas si je suis une chic fille, celle que je voulais être lorsque j’étais jeune, celle que je projetais.

Je ne sais pas et je m’en fiche finalement.

Je réclame juste ma part… histoire de remonter un peu la pente.