Solide et sensible *

Je suis solide dans l’accompagnement que je propose : je sais créer un équilibre dans la relation, je sais écouter, je sais encourager, je maitrise mes outils, je connais les opérateurs

Je suis sensible lorsque je vois des hommes (et des femmes aussi) pleurer dans mon bureau. Des personnes à bout, qu’elles soient chercheurs d’emploi ou salarié-es

Je suis sensible lorsque j’ai de moins en mois d’outils pour accompagner mes candidats, quand des opérateurs disparaissent, quand les listes d’attente s’allongent pour apprendre le français, apprendre le code…

Je suis solide dans mon équipe. Une ressource, un pilier au même titre que mes collègues. Je sais aujourd’hui quelle est la valeur de mon travail, je sais ce que je vaux

Je suis sensible lorsque la commande institutionnelle se fait de plus en plus lourde, lorsque ma charge administrative prend le pas sur l’accompagnement que je peux proposer

Je suis solide lorsque je dois présenter mes résultats devant « les décideurs », quand il me faut défendre mes projets et évoquer la situation sur mon territoire

Je suis solide lorsque des accompagnés me jettent à la figure que je ne fais rien pour eux, que je ne « sers à rien », que la France « c’est de la merde »

Je suis sensible lorsque la pression monte et qu’elle impacte différemment mais durablement l’ensemble de mes collègues

Je suis sensible lorsque je suis « invitée » à rencontrer mon supérieur hiérarchique pour « régler » ma situation. Lorsque je me sens piétinée professionnellement et niée personnellement

Je suis sensible lorsqu’une personne me remercie pour le chemin que nous avons parcouru ensemble, pour mon soutien. La plus belle des récompense sans nul doute

 

* Inspiré de l’article de Pierre

Publicités

12 réflexions sur “Solide et sensible *

  1. moune dit :

    nous aussi la pression monte démesurément , côté d.e et côté conseillers… et on nous à dit hier que ça va empirer… les inscriptions prennent une ampleur incroyable… les chiffres officiels sont trafiques, mais on aime ce boulot malgré tout… quelle frustration quotidienne pourtant… bon courage à toi…

    • Cloudy dit :

      J’ai pensé à toi aussi en écrivant ce billet. Je sais à quel point la situation est exsangue dans certain PE.
      Du courage à toi aussi.
      Au fond, il ne me reste que ça…

      • Sophie dit :

        Je n’écris pas « facile »… Mais je trouve là-dedans un juste équilibre, une force. De l’humanité.
        (Et je ne cautionne pas les supérieurs qui piétinent… Mais là est LEUR problème.)

      • Cloudy dit :

        De l’humanité je l’espère 🙂
        J’ai tellement la tête dans le guidon que je ne sais plus
        Merci en tout cas, je prends 🙂

  2. Pierre dit :

    Je me disais bien que ton titre me rappelait quelque chose 😉

    Tes solidités sont des atouts… et tes sensibilités en sont tout autant. Mais il y a des sensibilités qui sont à accepter comme telles (devant la détresse d’autrui) et d’autres qui sont comme un signal d’alarme (celles qui marquent ta propre détresse face à un système qui oublie l’humain, qui te mettent face à ton impuissance et te révoltent). Reste à savoir comment agir sans s’épuiser…

    Je t’envoie mes pensées positives en encourageantes

  3. valluz dit :

    Le + difficile est d’arriver à trouver un équilibre entre ces 2 faces … Bon courage …
    Profite bien de ton dimanche. Bises.

  4. Anouchka dit :

    Parfois je me demande si ce qui ressort de nous à travers nos blogs est la même chose que ce que l’on dégage dans notre vie quotidienne ou dans notre boulot (en ce qui te concerne). Parce que j’ai une idée précise de qui tu es, de ce que tu es mais si je te rencontrais comme ça par hasard, dans ton travail ou dans la vie simplement, sans t’avoir lu, te reconnaîtrais-je ? Je crois que je vois en toi la petite fille que tu étais, celle que tu es encore souvent (euh c’est pas une chanson de Dassin ça ?)
    Oh lala, nous sommes dimanche soir et je me pose des questions existentielles, que va-t-être ma semaine !?
    Gros bisous ma belle, je pense à toi

    • Cloudy dit :

      Je peux te répondre : je suis différente au travail et dans ma vie.
      Mon quotidien de travail nécessite que je pose un cadre, celui qui fait que je représente mon institution. Par ailleurs, je dois être rassurante et « forte » pour accompagner mes candidats et faire en sorte qu’ils se sentent secure.
      Je suis très directe avec mes candidats, certes en bienveillance, mais je ne prends jamais de détours et tente d’instaurer une relation équilibrée.
      Ce que je ne suis pas toujours et pas franchement dans la vie.
      Je crois effectivement, que tu ne me reconnaitrais pas…
      Tu sais qui je suis, cela me fait sourire, car moi même je ne suis pas sûre de le savoir.
      Je me suis surprise dans les dernières épreuves que j’ai traversées, je me surprend encore dans la dernière que je traverse actuellement. J’évolue, me transforme sans cesse depuis ces dernières difficiles années.
      Des pensées ma Anne

Répondre à Anouchka Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s