Un petit tour et puis…

Les levers à 6 h pour être au labo à 7 h et attendre avec d’autres compagnes d’infertilité d’infortune.

Les RDV avec la gynéco et la question lancinante : en me voyant, elle pense aux prochaines vacances que je vais contribuer à lui payer ou à mes ovaires ?

La succession d’infirmières à domicile, dont on ne se souvient pas du nom et pas exactement du prénom, il y a juste celles qui savent piquer et les autres.

Les mensonges, les réponses évasives, sur ces congés pris sur le fil, sur ces invitations refusées à la dernière minute.

Les marques sur les bras, sur le ventre. Une chance que cela se déroule l’hiver pour n’avoir pas à justifier des manches longues.

Les seins lourds et douloureux, le ventre ballonné et tendu, l’impression que si on appuie trop fort dessus, il va se briser en mille morceaux.

Les nuits sans sommeil, à se demander ça et puis ça et encore ça…

Certaines relations qui se ternissent un peu, parce que la fatigue, parce que la lassitude, parce que le doute, parce que la peur.

Les remarques : « L’infertile dans le couple, c’est qui ? » (réponse : le poisson rouge connard), « Tu sais, élever les enfants, c’est du boulot aussi » (nan ?!!!! sans déconner !!!).

Les questions lourdes « Ça fait mal, non ?? C’est fatigant ? Ça se passe comment ? Tu sais je me rends pas compte » (bah essayes pour voir).

Le regard embarrassé de la maman de la dame qui pense qu’elle ne sera jamais grand-mère, le réconfort maladroit de la maman du monsieur qui a déjà deux magnifiques petits enfants.

La réunion où il n’y a que des femmes et où pour clôturer le sujet du jour, on érige un « on est entre femmes, entre mères ici ». Avoir envie de prendre ses affaires et de les foutre à la gueule de cette pauvre naze et réprimer une profonde envie de pleurer.

Le silence des copines qui sont mamans et qui secrètement se bénissent de n’avoir pas à supporter tout ça, la distance respectueuse des autres, la distance gênée des dernières qui ne savent pas quoi faire de ce « malheur » .

La FIV, ce moment hors du temps, avec la salle d’attente au milieu de la maternité… avec des parents. Ceux prêts à avoir un enfant, ceux qui viennent d’en avoir un. Et nous.

La salle de repos commune, 5 couples qui attendent les résultats au réveil, un peu comme les résultats du Bac, qui aura l’excellence ? Pas nous. Les couples qui attendent dans le silence (nous), ceux qui se poilent, ceux qui bavassent à n’en plus finir et les derniers (pathétiques) qui s’engueulent.

L’attente, qui crée de la crispation entre nous, de la tension. Chacun gérant ses angoisses comme il peut, avec qui il est, avec ses armes, ses modestes outils.

L’attente, encore, des résultats sur internet puis pas, puis l’attente DU coup de fil.

LA réponse à encaisser.

La déception, la douleur sourde. Dans le ventre, dans le cœur, au plus profond de l’âme. Les larmes pour laver, pour purifier, pour éteindre les feux nombreux qui attrapent tout l’être.

Les deuils qu’il va falloir faire : celui de la maternité, celui de la famille, celui des rêves. On efface les prénoms choisis depuis plusieurs mois, le nom du parrain et de la marraine, les invités au baptême, la couleur de la chambre, les multiples projections (aura t il les yeux bleus de sa maman, l’humour de son papa, la ténacité de sa grand mère…).

Remercier ceux qui ont été là. Catherine, M et C. L’infirmière de la salle de réveil toujours aussi douce, aussi prévenante et charmante.

Effacer puis tenter d’oublier ou pas.

Publicités

23 réflexions sur “Un petit tour et puis…

  1. tatacat dit :

    Les larmes me sont montées aux yeux à la lecture de ton billet … Je retrouve bcp de ces moments angoissants, tristes bref ce quotidien de pmettes!
    Il n’y a pas de mot qui pourront, je pense, te réconforter là maintenant tout de suite donc je t’offre ma présence et mon écoute si tu en as envie !

    • Cloudy dit :

      Ma Catherine, si je t’appelle, je m’écroule. Et les nouvelles épreuves qui m’attendent me demandent de rester debout.
      Merci pour ta présence 🙂
      T’embrasse

      • tatacat dit :

        Tu sais ce que je te dis souvent « fais comme tu le sens ta petite voix intérieure sait ce qui est le mieux pour toi » et puis ma proposition n’a pas de date de péremption 😉

  2. mapomme dit :

    Il fait mal cet article, même à la maman que je suis (et que j’ai eu du mal à être). C’est comme le reste, on ne se rend même plus compte…
    Qu’est-ce que je peux te dire de vrai et de pas virtuel, parce que là ça n’a rien de virtuel ? Je pense très fort à toi. Biz

  3. MoO dit :

    La moitié des gens sont maladroits mais avec une intention sincère et une tristesse profonde pour l’Autre…. mais que dire ? Que dire qui soit à la hauteur ?
    Aucun mot, aucune phrase, ne sera à la hauteur de votre espoir, de votre chagrin et de ce qui se joue dans cette procédure….
    Je ne vais pas me lancer dans une laïus qui, même s’il est pensé, ne te réconfortera pas, mais sois sure que ma tendresse la plus sincère t’est destinée.
    Je ne poste pas souvent de commentaires, je ne t’envoie pas souvent de mail, surement par pudeur, par peur de mal dire, de mal faire comprendre, d’être banale….de ne pas trouver les mots justes…. mais je viens ici à chaque article et je pense à toi très souvent.
    Je te fais de gros bisous, des bisous tout doux, des bisous du coeur.

    MoO

  4. Le Chat dit :

    Je suis sncèrement désolée… je sais ce que c’est… cette attente, tout ce qu’il a fallu endurer avant, ce qu’il faut endurer après quand le couperet tombe…
    Mais en nous nous avons une force insoupçonnable, même par nous même parfois…

  5. La Noiraude dit :

    Ton article me fait pleurer. Je sais bien que rien de ce que je pourrais dire ne te réconfortera, mais toutes mes pensées t’accompagnent. Pleins de bises.

  6. Anouchka dit :

    J’ai tellement de retard de lecture ici comme chez les autres amies…..
    Pourtant je m’arrête en premier sur ce post-ci.
    Je n’ai rien à dire, pas de conseils à donner, pas de réflexions toutes faites sur la vie, blablabla alors je te dis juste que même absente des blogs je suis là, pas loin, à bout de portable ou de mails, je pense à toi, souvent, très souvent et je te serre dans mes bras, parce que ça, je sais faire.

    • Cloudy dit :

      Il n’y a rien à dire ma Anne.
      La vie fait son œuvre, c’est ainsi.
      Je ne gagnerais rien à m’en vouloir inutilement.
      J’ai une dernière bataille à livrer, celle de la reconnaissance de mes acquis professionnels et j’espère qu’ensuite, enfin, je pourrais sortir la tête hors de l’eau.
      T’embrasse fort

En direction du Cloudy World

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s