Les copains d’un autre temps

Je me retrouve fortuitement (?) sur le site et découvre que j’ai toujours un compte.

Horreur.

Je déteste la notion de réseau social, de près ou de loin.

Je ne me rappelle plus quand je l’ai ouvert, ni pourquoi mais c’était il y a très looooogtemps.

Bref.

J’y suis, j’ai quelques invitations en attente. Et là contre toute attente et à mon corps défendant, je me retrouve catapultée dans le passé.  Ce passé là, je ne l’aime pas. Tout cela est derrière moi, bien rangé dans des boites avec des noms dessus.

Mais bizarrement, revoir certains visages, lire où ils en sont me fait mal.

C’est peut être de la jalousie, peut être le fait que les choses ne sont pas aussi bien rangées que cela, peut être que je ne m’assume pas.

J’ai clôturé le compte, en espérant mettre définitivement un trait sur ces années pour passer à autre chose et enfin assumer. Les réussites visibles et les autres, les échecs cuisants et relatifs.

Bref, accepter d’être moi.

 

 

Publicités

12 réflexions sur “Les copains d’un autre temps

  1. Mélodie dit :

    Accepter d’être soi c’est aussi accepter celle qu’on était dans le passé (ô je ne saurais dire le nombre d’années nécessaires pour accepter et aimer celle que je fus, pour gagner un peu d’empathie envers mi-même). Et puis la jalousie est normale et ordinaire. Pas facile d’accepter cette violence en soi qui perturbe d’estime de soi, qui perturbe notre idée de la féminité 😉 .
    Elle prend sa source auprès des parents, auprès des frères et sœurs (ou ds la classe avec les pairs!) .
    Un jour tu te réconcilieras avec ces parts de toi éparpillées sur différents lieux du web.

    • Cloudy dit :

      Toujours aussi juste 😉 Tu tapes dans le mille.
      Oui je me retrouverai, je suis en chemin, je me réconcilie avec moi. Tranquillement mais sûrement.

  2. mapomme dit :

    Je n’aime pas du tout non plus ces trucs où l’on raconte sa vie, la vraie (sans l’anonymat du blog), à tout un tas de personnes que l’on n’a plus revues depuis des lustres et qui s’en fichent pas mal. Pas de compte pour moi.

  3. Anouchka dit :

    Tu sais que j’ai besoin des réseaux sociaux, moi l’handicapée, pour avoir l’impression d’avoir une vie sociale, pour échanger et pour ne pas me sentir trop seule. Avant ces inventions là les gens comme moi étaient totalement coupés du monde. Tu as de la chance de ne pas en avoir besoin…..
    Quant au site de « copains » dont tu parles, j’y ai eu recours, j’ai retrouvé certaines personnes, ce qui m’a permis justement de tirer un trait sur cette partie douloureuse de ma vie.
    Gros bisous doux à toi

    • Cloudy dit :

      Je ne sais pas si j’ai de la chance.Je ne me reconnais pas dans la multiplication des contacts. Sans doute parce que je suis encore assez « exclusive ». Ce dont j’ai besoin, ce sont de vraies relations, de vrais contacts, de vrais échanges, des êtres, tout simplement.
      Des bizettes

  4. Coumarine dit :

    ce n’est pas toujours facile de tirer définitivement un trait sur certains points du passé…
    Fermer un compte c’est radical… peut-être que cela soulage de ce passé qu’on ne veut plus fréquenter…
    Bonne journée à toi

    • Cloudy dit :

      Des pensées chère Coum’
      Je me suis sentie soulagée en effet à la fermeture de ce compte. J’ai du mal avec ce devoir d’information, cette manière de montrer virtuellement, de « se » montrer.

  5. Pierre dit :

    Oups… ça me rappelle que moi aussi j’avais ouvert un compte dans ce genre de site, bien avant que j’ai connaissance des « réseaux sociaux ». J’avais ouvert ça par curiosité et je l’ai oublié. Faudrait que je pense à effacer ma trace là-bas, aussi minimale soit-elle, pour éviter que quelqu’un me fasse un signe un jour…

    Autant je considère que la passé est important, parce qu’il a contribué à faire le présent, autant l’idée de le raviver après sa date de péremption ne m’inspire pas. Reste à savoir qu’est-ce qui fait qu’un jour la date de péremption est dépassée…

    • Cloudy dit :

      J’aime bien cette idée de date de péremption. C’est une bonne question. Peut être que la limite c’est lorsque raviver le passé, voir des gens du passé ne t’est plus utile en rien…?

En direction du Cloudy World

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s