Tout est dans le style

Pendant mes trop courtes vacances, j’ai décidé de changer de style.

Cette décision ne m’est pas tombée dessus, je la muris depuis plusieurs mois, sans doute parce-que je me sens étriquée dans mon costume, plus à l’aise, plus en adéquation avec moi.

Je dis costume, car il me semble en effet que dans mon domaine, le social, nous portons un peu toutes le même uniforme, ou tout du moins, nous nous en éloignons peu. Pour faire simple (et caricaturer à peine), il est constitué de chaussures plates, jeans le plus souvent, des vêtements qui varient entre le noir, le gris foncé et le taupe, de grandes chemises et de larges pulls. Bijoux, écharpes et coiffures sont plus recherchés, plus marqués.  Camarades du social qui venez par ici ne soyez pas offusqué-es…. J’ai le sentiment que nous nous conformons. Sans doute pour ne pas marquer une trop grande distance vestimentaire avec les publics que nous accueillons. Faire trop « classe », trop femme peut être mal vu, mal interprété.

Je ne me retrouve plus dans cet uniforme, qui ne m’a jamais vraiment correspondu au fond. Et puis le temps aidant, j’ai bravement pris 15 kg en 4 ans, donc forcément la garde robe ne suivait plus. Ces 4 dernières années, j’ai accumulé des pièces par nécessité, par dépit et ma ligne conductrice était le noir. Déprimant au possible.

Ainsi donc, j’ai décidé de me prendre en main.  J’ai même acheté un livre pour me coacher « Ma To-Do list dressing », de Jeanne-Aurore Colleuille et Laure Gontier. Bon, je n’ai rien appris de fondamental (faut pas déconner) ceci dit, cela m’a aidée justement à sauter le pas : celui du tri, celui aussi de savoir ce vers quoi j’ai envie de tendre. VRAIMENT.

Je me suis plongée avec entrain et détermination dans ma penderie, trop longtemps dédaignée.

Rends toi compte, je n’avais pas moins de 3 impers, dont 2 dans lesquels je n’entrais plus. Je gardais amoureusement le blouson en jean de mes 25 ans, qui ne faisait pas de moi un sac et avait un méga tombé. Je ne te parle pas des tee shirts adulescents, trop moulants, ni des pantalons bouffants, idem pour la chemise cintrée déclinée en 3 couleurs, décidément trop cintrée.

Trier, ranger, c’est faire face à un léger sentiment de honte. Pourquoi et à quelles fins ai-je accumulé tant de choses ? Je n’en porte pas la moitié, me trouve toujours mal sapée et me dirige presque toujours vers les mêmes vêtements. J’ai acheté comme je mange : hyperphagiquement.

J’ai allègrement rempli plusieurs sacs, des sacs « à donner », car je ne peux pas me résoudre à vendre mes vêtements. Lorsque la penderie s’est trouvée considérablement allégée, j’ai éprouvé un sentiment de soulagement et de bien être . Celui qui fait dire qu’on fait bien, que c’est juste, bon pour soi.

Combien de temps cela va durer, je ne sais pas. Est ce que je vais trouver des vêtements qui me correspondent vraiment, est ce que je vais enfin oser (être féminine !) ? Je ne sais pas non plus. Ressembler à Carole Bouquet, Inès de la Fressange, Tilda Swinton voire Angelina Jolie lorsque l’on a une carrure comme la mienne et un portefeuille aussi peu fourni, c’est mission impossible.

Pourtant, je sens que c’est le bon moment pour commencer à changer.

Publicités

20 réflexions sur “Tout est dans le style

    • Cloudy dit :

      Ma Mapomme, je t’invite à lire le livre, car je ne suis pas forte en conseils et que mon style (qui n’en est pas encore un) en devenir donc, ne saurait que correspondre à ma carrure, mes couleurs et à mes inspirations.
      Laisses toi porter, je crois qu’on se trompe rarement finalement quand on va vers ce qui nous plait VRAIMENT.
      Bizettes

  1. folène dit :

    Moi mon style, je l’ai trouvé il y a quelques années, quand j’ai quitté mon ancienne vie. Quand je suis arrivée dans mon nouveau job, dans cette nouvelle région, je me suis habillée comme j’en avais envie, façon décontractée, un peu « hippie », façon « Coline » la marque qui me correspond le plus. Au début au boulot, je sentais bien que ma façon de m’habiller contrariait certaines. Et un jour, à ma grande surprise, lors de mon entretien individuel annuel, ma grande chef me dit qu’elle adore mon style et que j’ai du courage de m’habiller différement de toutes ses filles « prout prout »… Du coup, j’ai regarni ma garde robe chez Coline, et depuis je m’habille comme j’en ai envie.
    Bon, il faut dire que je n’ai jamais mis de jupe (tailleur) et que je suis souvent en pantalon large ou en sarrouel…. Ca fait bizare à certains quand ils arrivent dans mon service pour la 1ère fois, ils ne pensent pas que je suis une manager, mais une stagiaire…
    Moi ca me fait rire !
    Alors, vas-y, continue, trouve ton style et surtout, habille toi comme tu le sens…
    Vas faire un petit tour chez Coline, ca pourrait te plaire.
    Bises

    • Cloudy dit :

      Merci pour ce long message Folène 🙂
      Ton style c’est une seconde peau, il te va à merveille, j’oserais dire, qu’il est le reflet de ton âme. C’est ce que j’ai pensé en tout cas lorsque nous nous sommes vues.
      Et puis tu soulèves cette lourde question pour moi, l’habit comme une étiquette. Bien habillée =manager, cool = stagiaire. Ce qui tend à m’irriter un peu.
      Les à priori ont la dent dure.
      T’ai-je dit que je suis trop heureuse pour toi ?
      Des biz

  2. Mélodie dit :

    Le corps à l’épreuve de la réalité. Faute de savoir quels mots se cachent dans les plats.
    Je te comprends chère Cloudy! C’est si difficile de renverser la tendance.
    Surtout quand c’est une longue histoire. Celle qui démarre quand le corps de fillette se transforme en jeune fille.
    Je me murmure , depuis deux mois, que mon corps est le lieu d’une bataille. Une bataille entre plusieurs désirs contradictoires. Peut-être ceux qui soufflèrent les réponses de mes petits 4 ans ,
    il y a qques années en maternelle, à une maîtresse un peu trop curieuse :
    – Qui veut grandir?
    -MOI!, hurlèrent mes 27 petits.
    – Qui veut rester bébé?
    – MOI! hurlèrent ces 27 mêmes voix.

    • Cloudy dit :

      Il y a une histoire de corps évidemment pour ce qui me concerne. Une histoire d’éducation aussi et enfin une histoire de carcan social.
      Je te rejoins sur le gouffre qu’il peut y avoir parfois entre le ce que je suis et ce que je voudrais être et ce que je mets en place pour le faire.
      Enfin et je n’en ai pas parler dans ce message, je crois en l’importance des modèles féminins qui jalonnent notre enfance.
      Pour ce qui me concerne, les femmes de mon enfance (puis de mon adolescence) était elles aussi (!) encombrées par un corps trop fort et ne cherchait qu’à le masquer.
      Il y a toujours quelque part la petite fille qui se questionne :j’ose ou pas.
      Je t’embrasse maitresse 😉

  3. Pierre dit :

    Je ne connaissais pas Tilda Swinton, et j’ai d’abord cru que tu parlais de Tsilla Chelton (= Tatie Danielle). Pas vraiment le même genre 😉

  4. Sandrine dit :

    Bon courage à toi!
    Le changement peut commencer par de petites choses : chaussures à talons, robes,…
    Tu vas trouver avec le temps et oses!!

  5. Julie M. dit :

    Ha la la, le tri! C’est marrant mais je suis aussi en plein dedans en ce moment même! Tri et rangement, avec l’aide d’une amie spécialiste en la matière c’est encore mieux 😉

    Pour mes fringues ça fait déjà plusieurs années que je le fais car j’ai la fâcheuse tendance à récupérer le tri des autres!!!!! Donc je dois impérativement trier à mon tour pour jeter ou donner ce que je ne porterai finalement et définitivement pas 😉

    Quand à adopter un nouveau style vestimentaire, j’ai enfin trouvé le mien (en fait non je le connaissais depuis longtemps mais j’ai fâcheusement été contrariée par les dictât, la pression familiale ou sociale etc) et maintenant je l’assume sans soucis! Donc trouver son style et ensuite l’assumer c’est déjà tout un cheminement.

    En ce qui te concerne, je comprends par rapport au boulot : trop chic trop femme ça peut effectivement mettre mal à l’aise certains publics… mais bon quand tu as face à toi un total look Ad*das ou n*ke… voilà quoi… 😉

    Et aussi : ya as que les brindilles friquées qui sont bien sapées! Na! 🙂

    • Cloudy dit :

      Non il n’y a pas que les brindilles qui sont bien sapées. Tu as raison. Néanmoins pour ce qui est des grandes tailles (mon cas donc). Soit tu trouves des fringues pas chères (type Halle aux Vêtements), mal taillées la plupart du temps, dans des couleurs sombres et le tout te fait ressembler à un sac. Soit tu tombes dans l’extrême inverse, à savoir des fringues super chouettes mais hors de prix.
      Bref, trouver l’entre deux n’est pas toujours simple 😉
      Des pensées 🙂

  6. Moune dit :

    J’ai du trier moi aussi il y a peu, mais pour une fois dans ma vie pour donner tout ce qui était trop grand. Une amie du boulot, et la mère d’une amie ont récupéré la plupart des choses. Certaines avaient été à peine portées… Mais je n’ai jamais cédé au « tout en noir, ou marron », je me suis toujours efforcée de trouver des choses gaies et féminines, bien que je n’aie jamais été satisfaite vraiment de ce que j’achetais… A présent je me fais plaisir, j’avoue. Je suis loin d’avoir la taille mannequin mais trouver dans un magasin normal c’est tellement agréable. J’achète des trucs pas chers mais je les choisis avec soin. Au bureau je fais jaser, pourtant je ne suis pas sophistiquée, plutôt babacool… Il faut que tu trouves ton style, celui qui reflète qui tu es et que tu as envie de revendiquer… C’est du boulot ! lol Bon courage… Bises

  7. Anouchka dit :

    Hihi ça me fait rire !
    Moi qui déménage souvent ces dernières années, je passe mon temps à « virer » ce qu’il y a dans mon placard et à chaque changement de saison je recommence !
    Il parait que la vraie séduction est de se sentir bien dans ses fringues alors……..

  8. Zosio dit :

    Je me soumets régulièrement au tri de la penderie, et dans un premier temps, je faisais comme toi: un sac pour « Les petits riens » et basta !
    Puis, ma taille jouant au yoyo, je regrettais d’avoir tout balancé parce que trop petit, plus à mon goût, etc.
    Maintenant, je fais des sacs: « trop petit » « trop grand » que je conserve soigneusement, sauf si c’est usé. Ainsi, en fonction de mes prises/pertes de poids, je pourrai retrouver des basiques à agrémenter de quelques fantaisies à mon goût du moment !

En direction du Cloudy World

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s