Le voile de poison

J’ai mangé la glace.

Toute la glace (lire une TRÈS GRANDE quantité de glace).

A cause d’une remarque presque anodine.

Relative à l’ex.

La sienne.

Et l’air de rien en quelque seconde la gangrène de la jalousie a tracé son sillon.

Je me pensais guérie.

Bah non.

Lorsque je ne m’aime pas (soit 360 jours / 365), certains sujets m’atteignent.

Particulièrement celui ci.

Je n’arrive pas à faire avec sa vie d’avant. Sa vie amoureuse et sexuelle pour être tout à fait claire. La peur de ne pas être suffisamment désirée, la peur de ne pas le « satisfaire », la peur qu’on me laisse encore et toujours.

L’ex. lumineuse, solaire, créatrice, libérée. Soit mon exacte opposée.

Notre histoire n’a pas été des plus simples au commencement et il me semblait qu’elle occupait tout l’espace… J’ai eu peine à trouver ma place et à la prendre.

Alors reparler d’elle, c’était comme souffler sur des braises qui n’étaient pas éteintes.

Publicités