ColèreS et incompréhensionS

Pour lutter contre le chômage et faire reculer la précarité, « on » a décidé d’augmenter les minima sociaux.

A une demande d’emploi, de statut social, de reconnaissance de ses compétences et plus largement de son être, « on » oppose des miettes (Car, il faudra que l’on m’explique comment « on » fait pour vivre avec 470 euros/mois). Des miettes que l’on va augmenter certes, mais des miettes quand même.

Je disais donc, que pour lutter ACTIVEMENT contre le chômage, c’est la réponse financière que l’on a trouvé.

« On » a pas décidé de donner plus de moyens à Pôle emploi pour faire un accompagnement RÉEL (si tu sais comment on gère un portefeuille de 250 personnes à voir 20 min tous les 3 mois, n’hésites pas à éclairer ma lanterne sur cette insoluble équation).

« On » a pas décidé de cesser de financer à fond perdu des formations qui mènent directement des étudiants à remplir les files anonymes de Pôle emploi.

« On » a pas décidé de mettre le paquet sur la formation tout au long de la vie (quelle vaste fumisterie tiens ça encore !), « on » a pas décidé de s’attacher aux catégories intermédiaires qui voient la formation comme une nébuleuse inatteignable, « on » a pas décidé non plus de forcer (un peu) les entreprises à mettre le paquet sur la professionnalisation de leurs salariés.

« On » a pas décidé non plus de sécuriser les parcours de salariés en souffrance dans les entreprises.

« On » a pas décidé de donner les moyens à toutes les autres structures qui accompagnent vers l’emploi (parce que sans déconner, y a pas que Pôle emploi dans la vie).

« On » a pas demandé aux plus gros recruteurs en France (à savoir les associations et les PME/PMI) de se mettre autour de la table ensemble et de réfléchir à des métiers émergents. Créer ensemble, avant que tous les emplois qualifiés filent vers les pays étrangers, c’est possible quand même non ?

Non, la seule solution que l’on a trouvé, c’est augmenter les minima sociaux…

 

Publicités

18 réflexions sur “ColèreS et incompréhensionS

    • Cloudy dit :

      Je ne suis pas loin de penser comme toi. Je ne suis pas loin de penser que finalement cet état de fait arrange tout le monde. C’est dire…

  1. gballand dit :

    Bizarre que l' »on » n’ait jamais décidé de consulter l’un des acteurs – ceux qui gèrent les chômeurs – les plus importants de la lutte contre le chômage. Mais, « on » n’a certainement pas envie de se « casser le cul » à ça, ni à gauche, ni à droite 😉

    • Cloudy dit :

      On a pas envie d’y mettre le nez, car sur le terrain ça se tire dans les pattes. Oui, c’est ce que je pense. Je suis en colère contre des politiques de tous bords, vous avez raison, démissionnaires, qui n’ont nullement envie de se remonter les manches. Car je ne cesse de le dire, il y a le feu ! Quant à nous, petites mains du terrain, nous évoluons dans un même état de précarité.
      Les politiques sont tous complices et cela me rend dingue !

    • Cloudy dit :

      La France est riche d’idées, de personnes motivées et compétentes qui ne demandent qu’à contribuer, à créer, justement MoO. Des personnes que l’on oublie, que l’on laisse dans un coin et à qui on fait penser qu’ils ne servent à rien. Ce n’est pas la France qui est pauvre mais ceux qui détiennent le pouvoir…

  2. La Noiraude dit :

    Je suis d’accord avec vous. Et c’est sur qu' »on » n’a pas envie de mettre le nez dans la merde, hein, ça pue et c’est dégueulasse. Alors laissons la merde où elle est. Après tout, pourquoi s’en faire….

    • Cloudy dit :

      Moi, je m’en fais parce que demain ce seront mes enfants qui seront sur le marché de l’emploi, je suis malade, parce que je suis un brave soldat au cœur du système. Un système vomitif, un système qui au lieu d’inclure laisse au bord de l’autoroute 4 voies. Et moi, je sers de tampons à toutes les misères qui s’expriment. Et cela me devient de plus en plus insupportable.

      • La Noiraude dit :

        Tu m’étonnes! Je suis moi-même inquiète de l’avenir de ma fille, je me demande si elle arrivera à subsister. Et encore, moi, je n’en ai qu’une! Et je ne suis pas sure que je serai en mesure de l’aider puisqu’on est tous sur la scellette.

  3. Julie M. dit :

    Mais évidemment qu’ils sont complices!! Tout est orchestré du sommet… 🙂

    Du fric y’en a, des bonnes idées qui pourraient être efficaces y’en a… sauf que là aussi la répartition cloche. Ceux qui ont les idées n’ont pas l’argent et ceux qui ont l’argent préfère se le distribuer entre eux, en douce, en tromperies organisées dans les hautes sphères qui nous manipulent!!

    Plus simple de filer un peu de (leurs) tunes pour faire taire sporadiquement la misère sociale, psychologique et les élans idéologiques qui pourraient leur nuire… surtout juste avant les fêtes… faites semblant de vous amuser, allez claquer la prime de fin d’année braves rsastes pour avoir comme les autres du saumon et du foie gras à Noël, bourrez vous la gueule pour la saint sylvestre en faisant semblant que 2013 va être meilleur… les autres classe moyenne qui en chie, faites pareil, prenez un crédit attractif si le fric manque pour les cadeaux, les banques prêtent, l’état les remboursera au cas où…

    Pff… mon dégoût n’a plus de mot…

    • Cloudy dit :

      Ma colère est la tienne même si elle s’exprime différemment, je n’ai pas les mots, le recul suffisant pour poser tout ce qui m’anime aujourd’hui… Merci à toi pour les poser avec vivacité et énergie ici, des éléments qui m’ont un peu désertés, je dois le dire…

      • Caro dit :

        Je serais assez intéresée de savoir ce que vous proposez dans ce contexte socio-économique dégradé ? Nous savons que le plein emploi n’est pas près de revenir, que les finances des collectivités sont en baisses, que les subventions des associations sont également en baisses. Que les travailleurs sociaux sont démunis face à la détresse de certains « usagers ». Alors le RSA ce n’est pas l’apanacée effectivement, mais que proposer d’autre ?

      • Cloudy dit :

        Merci Caro pour votre passage ici.
        Il me faudrait une journée pour répondre à ce message. Je ne suis qu’une technicienne de terrain, confrontée à des incohérences, dont je ne ferai pas la liste ici.
        Néanmoins, je trouve que notre pays est trop attaché au diplôme et ne reconnait que peu la compétence. Je suis toujours aussi surprise que l’on soit si intéressé par la suprématie du diplôme, par le CV. Je m’insurge entre autre chose contre le fait que l’on ait fait disparaitre des métiers de service tandis que dans des pays du nord tels que la Suède ou la Norvège par exemple, ils existent encore. Que dire des nouvelles mesures sur les métiers de l’aide à la personne dont on sait que s’ils ne sortent pas complètement de la précarité sont des aides pour les femmes seules, avec enfants à charge.
        Les finances des collectivités parlons en, c’est un sujet qui me fait doucement rigoler, quand on sait ce que sénateurs et autres conseillers se mettent dans les poches, après des années de laisser aller et de gâchis, c’est assez facile aujourd’hui de découvrir que les finances publiques sont au plus bas.
        Remotiver des personnes qui ne croient plus en elles parce qu’on les met sur le bord de la route, je fais cela tous les jours… Aussi, je m’étonne qu’il n’y pas plus de cohésion sur le terrain, que Pôle emploi s’appuient sur des prestataires pour faire son travail d’accompagnement, qu’il ne peut pas faire…. Je m’insurgerai toujours contre les cadres et les étiquettes : DELD, jeunes, femmes…
        Pour finir complètement le contrat d’avenir n’est qu’un remake des emplois jeunes, soit une mesure Aubry qui a plus de 14 ans.

  4. Caro dit :

    Je vous lis avec attention, vous dénoncez ce qui ne fonctionne pas et je l’entends, mais vous que proposeriez vous ? Vous avez dû déja remarqué qu’un travail d’accompagnement individuel permet à quelques uns de retrouver le chemin de l’emploi, qualification ou pas, que, sur le terrain, chacun essaie de faire au mieux avec les moyens qui lui sont donnés. Mais reste, que lorsqu’il y a un minimum de cohésion entre différents services d’aide, seule la personne concernée va savoir y faire avec tout cela, ou pas…Qu’on ne peut généraliser, et je suis d’accord pour les étiquettes inutiles. Je ne vois qu’un travail au cas par cas, avec surtout le temps nécessaire pour chacun, ce qui, dans notre contexte n’est pas possible, car pas financé. Quelques soient les mesures, les méthodes, les outils, ce ne sont que des moyens, que peut on faire de mieux que tout ce bricolage ?

    • Cloudy dit :

      Caro, il me semble avoir donné quelques pistes dans mon post de ce qui pourrait être amélioré à mon sens, modestement, de là où je suis. Ce en quoi je crois, c’est le partenariat, le maillage. Travailler sur de l’humain nécessite en effet de travailler au cas par cas. Il me semble aussi que la France n’est pas une République bananière et donc que nous avons mieux à proposer que du bricolage. Nous sommes des forces vives, nous savons créer, innover, seulement nous sommes bridés par des politiques de l’emploi iniques qui n’ont que peu été évaluées.
      Râler ne suffit pas vous avez raison, nous faisons remonter et parfois nous avons la chance d’être entendus.
      Pour finir Caro, car nous ne pouvons pas refaire le monde ici, si j’avais les solutions… je serai directrice de structure et non pas technicienne. Merci pour cet échange, qui me force à aller un peu plus loin.

      • Caro dit :

        Bricolage dans ma bouche n’est pas péjoratif, il reprend ce que vous dites, avoir un réseau de partenaires sur le terrain et le mobiliser au cas par cas. Cela nécessite en effet de créer, d’innover à plusieurs, et je sais que sur le terrain les professionnels dont vous êtes, oeuvrent ainsi au delà du politique. Pas besoin d’être cadre pour proposer, inventer, vous le faites très certainement avec d’autres. Merci pour cet échange.

Répondre à Caro Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s