Dans un coin rose de mon enfance

Il y a ma chambre refuge, aux murs tapissés de fleurs oranges, avec vue sur l’immense jardin peuplé d’elfes enchanteurs. Sur mon grand lit, une quantité astronomique de peluches et poupées. Mon royaume, ma communauté.

Il y a les soirées d’hiver passées au coin du feu, à me laisser chauffer les joues et à écouter crépiter le bois. Des moments de bonheur rassurants.

Il y a mon chien câlin, énorme boule de poils rassurante et douce.

Il y a les visites de Maman, l’après midi. Instants trop courts de partage et de complicité. Le lien, le pilier indéfectible de la famille.

Il y a les histoires lues avant le dodo, histoires féériques qui favorisent déjà mon imaginaire productif.

Il y a le groupe des petites copines du quartier. Amies miroir, amies passerelles qui m’accompagneront jusqu’à la fin de l’adolescence.

Il y a les week end « Auberge espagnole ». On rit, on mange, on boit, on papote autour de la table, jusqu’à point d’heure. J’aime quand il y a du monde, quand la maison vit, vibre, résonne.  J’aime la joie qui respire ici et que je ne retrouve pas chez moi…

Il y a les instants de douceur, les gestes et les mots d’amour.

Dans un coin rose de mon enfance, il y a ces souvenirs précieux, d’instants magiques qui font celle que je suis aujourd’hui.

Publicités