M

Comme Mission, comme EMma, comme Maman.

2 h 15, (un chouicha trop long au regard de l’histoire), c’est le temps qu’il faut pour sauter pour plonger dans les aventures du Bond, l’espion le plus charming du Royaume, voire du Monde (allez soyons fous). La recette qui a fait le succès des films successifs est la même : action, ce qu’il faut de violence, belles nanas, belles voitures et bien sûr  placements de produits à gogo.

Quoi de neuf ?

Bah rien en fait.

Daniel Craig joue aussi justement qu’une quiche (c’est dire !) : peu de dialogues, peu d’expressions mais il court bien (après tout on ne lui en demande pas beaucoup plus…).

L’originalité de cet opus est de mettre le focus sur le personnage emblématique de M. Ses choix, ses failles, son rapport au pouvoir, ce qui la lie à Bond, au delà du professionnel. Il y a de l’Oedipe dans Skyfall, un retour aux sources.

La surprise de ce film, pour ce qui me concerne, réside dans la partition jouée par Javier Bardem (le méchant). Une palette de couleurs et d’expressions réjouissantes. Pour moi, le grand gagnant du film, c’est lui (même si le blond de ses cheveux est franchement désopilant).

Pour ne pas être définitivement vacharde, le Bond est sympathique MAIS un brin longuet.

Publicités